Ce feu vert ouvre la voie au mariage des deux entreprises, approuvé fin avril par les actionnaires de Darty après plusieurs semaines de surenchères avec Conforama.

L'Autorité de la concurrence explique que, en province, le groupe Fnac "restera confronté à une pression concurrentielle sensible" une fois l'acquisition de Darty réalisée. En revanche, "à Paris et dans le sud-ouest de la région parisienne, l'Autorité considère que les alternatives offertes au consommateur ne sont pas suffisantes pour garantir une concurrence effective par les prix et la qualité de services", ajoute le régulateur.

Aussi, la Fnac du centre commercial Beaugrenelle (Paris 15e), quatre magasins Darty à Paris (celui du centre commercial Italie 2, ceux du boulevard de Belleville, de l'avenue de Saint-Ouen et de l'avenue Wagram - qui doit ouvrir le 1er septembre) ainsi que celui du centre commercial Vélizy II (Yvelines) devront être cédés.

Les deux enseignes comptent au total 400 magasins en France. Certaines sources estimaient que l'Autorité de la concurrence pourrait exiger le cession de 20 à 40 magasins pour autoriser l'opération.

Ce feu vert ouvre la voie au mariage des deux entreprises, approuvé fin avril par les actionnaires de Darty après plusieurs semaines de surenchères avec Conforama.L'Autorité de la concurrence explique que, en province, le groupe Fnac "restera confronté à une pression concurrentielle sensible" une fois l'acquisition de Darty réalisée. En revanche, "à Paris et dans le sud-ouest de la région parisienne, l'Autorité considère que les alternatives offertes au consommateur ne sont pas suffisantes pour garantir une concurrence effective par les prix et la qualité de services", ajoute le régulateur. Aussi, la Fnac du centre commercial Beaugrenelle (Paris 15e), quatre magasins Darty à Paris (celui du centre commercial Italie 2, ceux du boulevard de Belleville, de l'avenue de Saint-Ouen et de l'avenue Wagram - qui doit ouvrir le 1er septembre) ainsi que celui du centre commercial Vélizy II (Yvelines) devront être cédés.Les deux enseignes comptent au total 400 magasins en France. Certaines sources estimaient que l'Autorité de la concurrence pourrait exiger le cession de 20 à 40 magasins pour autoriser l'opération.