Il n'y a d'abord aucune raison pour que l'Etat conserve une participation dans une entreprise de téléphonie comme Proximus. Celle-ci est en situation de concurrence avec des entreprises privées et l'Etat ne devrait plus jouer aucun rôle dans une telle activité. Si, à l'origine, il a créé l'ancienne RTT sous forme de régie c'est seulement parce qu'à l'époque les lignes téléphoniques étaient aériennes ou souterraines, ce qui impliquait l'usage de l'espace public. Aujourd'hui, où des sociétés privées comme Telenet interviennent sur le marché des lignes fixes comme de la téléphonie mobile, ce genre de préoccupations n'est plus d'actualité. C'est à tort qu'on soutiendrait que l'Etat doit garder cette participation parce qu'elle lui procure des dividendes plantureux, et d'ailleurs sans doute artificiellement gonflés par son appétit démesuré. Si cette société réalis...