La situation de l'entreprise TBP Electronics Belgium, qui faisait autrefois partie d'Alcatel-Bell, s'était dégradée depuis un certain temps. Au début de cette année, la direction de l'entreprise avait déjà annoncé la suppression de 130 des 335 postes de travail. En avril, la situation s'était cependant légèrement améliorée et le projet de licenciement collectif avait été annulé.

C'est pourquoi le personnel s'était montré étonné lorsque les responsables de la firme avaient demandé au tribunal de commerce la protection contre les créanciers il y a un mois environ.

L'obtention de ce statut était néanmoins assorti d'un plan de restructuration drastique qui n'a pas pu être mené à bien.

Le tribunal a dès lors déclaré la faillite de l'entreprise et désigné un curateur.

Trends.be avec Belga

La situation de l'entreprise TBP Electronics Belgium, qui faisait autrefois partie d'Alcatel-Bell, s'était dégradée depuis un certain temps. Au début de cette année, la direction de l'entreprise avait déjà annoncé la suppression de 130 des 335 postes de travail. En avril, la situation s'était cependant légèrement améliorée et le projet de licenciement collectif avait été annulé. C'est pourquoi le personnel s'était montré étonné lorsque les responsables de la firme avaient demandé au tribunal de commerce la protection contre les créanciers il y a un mois environ. L'obtention de ce statut était néanmoins assorti d'un plan de restructuration drastique qui n'a pas pu être mené à bien. Le tribunal a dès lors déclaré la faillite de l'entreprise et désigné un curateur. Trends.be avec Belga