"Les entreprises flamandes cherchent souvent à repousser les limites de ce qui est permis par le fournisseur. Elles disposent ainsi plus longtemps de leur argent et admettent aussi cette situation. Il convient de rapprocher cet état de fait de la bonne foi avec laquelle les entreprises réagissent aux factures payées tardivement", souligne Intrum.

Les entreprises wallonnes sont également plus attentives au paiement de leurs fournisseurs : elles ne veulent pas mettre en danger les bonnes relations qu'elles entretiennent avec eux. En Flandre, cet argument est moins pertinent.

Selon Intrum, des études antérieures ont montré qu'en Belgique, quelque 4 milliards d'euros par an ne sont tout simplement pas payés. En Flandre, 3,7% du chiffre d'affaires sont abandonnés, contre 3,1% en Wallonie.