L'action du groupe s'envolait de plus de 7% vers 21H30 GMT (22H30 en Belgique) mercredi soir dans les échanges électroniques d'après séance à Wall Street, après l'annonce d'un bénéfice net grimpant de 25% sur l'ensemble de l'année pour atteindre 3,7 milliards de dollars, et même plus que doublé au quatrième trimestre, à 1,6 milliard.

Facebook revendiquait 1,59 milliard d'utilisateurs fin décembre, contre 1,55 milliard trois mois plus tôt.

Leur intérêt ne semble pas non plus s'affaiblir, puisque 65% d'entre eux se connectent au réseau tous les jours, un niveau identique à celui constaté fin septembre.

Et le plus grand réseau social mondial arrive de mieux en mieux à les monétiser: il a dégagé un revenu moyen de 3,73 dollars par utilisateur au quatrième trimestre.

Au total, son chiffre d'affaires s'est envolé de 44% à 17,9 milliards de dollars sur l'ensemble de l'année dernière, et même de 57% à 5,6 milliards au quatrième trimestre, mieux qu'anticipé par les analystes.

Facebook continue en particulier d'encaisser les recettes de la publicité mobile, qui représentent désormais 80% de ses revenus publicitaires.

L'action du groupe s'envolait de plus de 7% vers 21H30 GMT (22H30 en Belgique) mercredi soir dans les échanges électroniques d'après séance à Wall Street, après l'annonce d'un bénéfice net grimpant de 25% sur l'ensemble de l'année pour atteindre 3,7 milliards de dollars, et même plus que doublé au quatrième trimestre, à 1,6 milliard. Facebook revendiquait 1,59 milliard d'utilisateurs fin décembre, contre 1,55 milliard trois mois plus tôt. Leur intérêt ne semble pas non plus s'affaiblir, puisque 65% d'entre eux se connectent au réseau tous les jours, un niveau identique à celui constaté fin septembre. Et le plus grand réseau social mondial arrive de mieux en mieux à les monétiser: il a dégagé un revenu moyen de 3,73 dollars par utilisateur au quatrième trimestre. Au total, son chiffre d'affaires s'est envolé de 44% à 17,9 milliards de dollars sur l'ensemble de l'année dernière, et même de 57% à 5,6 milliards au quatrième trimestre, mieux qu'anticipé par les analystes. Facebook continue en particulier d'encaisser les recettes de la publicité mobile, qui représentent désormais 80% de ses revenus publicitaires.