En fin de matinée, le titre Thomas Cook perdait 66,99% à 13,57 pence, dans un marché en hausse de 0,82%. Il a dévissé de près de 93% depuis le début de l'année et certains analystes évoquent désormais un risque de faillite.

Thomas Cook, numéro deux du secteur en Europe, a indiqué être en discussion avec ses principales banques créancières sur ses facilités de crédit "en raison d'une détérioration commerciale dans certaines activités sur le trimestre en cours".

Le groupe, dont la dette nette atteignait 900 millions de livres (1,04 milliard d'euros) fin septembre, a ajouté qu'il cherchait à obtenir des "ajustements qui amélioreraient sa résistance si la situation commerciale restait difficile", tout en se disant en mesure de faire face à ses obligations financières à l'heure actuelle.

Il a également repoussé la publication de ses résultats annuels - initialement prévue pour jeudi - jusqu'à l'issue de ces discussions, précisant que le résultat opérationnel pour l'exercice clos le 30 septembre serait globalement en ligne avec ses prévisions, c'est-à-dire légèrement bénéficiaire.

Les performances de Thomas Cook ont été plombées par l'impact sur le tourisme des troubles dans les pays arabes et une activité en berne au Royaume-Uni comme en France.

Avec Belga

En fin de matinée, le titre Thomas Cook perdait 66,99% à 13,57 pence, dans un marché en hausse de 0,82%. Il a dévissé de près de 93% depuis le début de l'année et certains analystes évoquent désormais un risque de faillite. Thomas Cook, numéro deux du secteur en Europe, a indiqué être en discussion avec ses principales banques créancières sur ses facilités de crédit "en raison d'une détérioration commerciale dans certaines activités sur le trimestre en cours". Le groupe, dont la dette nette atteignait 900 millions de livres (1,04 milliard d'euros) fin septembre, a ajouté qu'il cherchait à obtenir des "ajustements qui amélioreraient sa résistance si la situation commerciale restait difficile", tout en se disant en mesure de faire face à ses obligations financières à l'heure actuelle. Il a également repoussé la publication de ses résultats annuels - initialement prévue pour jeudi - jusqu'à l'issue de ces discussions, précisant que le résultat opérationnel pour l'exercice clos le 30 septembre serait globalement en ligne avec ses prévisions, c'est-à-dire légèrement bénéficiaire. Les performances de Thomas Cook ont été plombées par l'impact sur le tourisme des troubles dans les pays arabes et une activité en berne au Royaume-Uni comme en France. Avec Belga