Elizabeth Holmes risque de passer des dizaines d'années derrière les barreaux si elle est reconnue coupable d'avoir berné les investisseurs de Theranos, la célèbre start-up spécialisée dans la fabrication de tests sanguins et dont la valeur a atteint des milliards de dollars, mais qui s'est effondrée à la suite d'accusations de fraude. "J'ai commencé par en parler à mes parents, ils m'ont laissée utiliser l'argent économisé pour mes études pour travailler sur mon brevet, puis j'ai levé des fonds ou emprunté de l'argent", a-t-elle déclaré au tribunal fédéral de San Jose, en Californie, coeur de la Silicon Valley.

Elizabeth Holmes, qui a lancé Theranos en 2003, à l'âge de 19 ans, prévoyait de produire à grande échelle des outils de diagnostic plus rapides et moins chers que ceux des laboratoires traditionnels, grâce à des méthodes censées permettre jusqu'à 200 analyses à partir de quelques gouttes de sang. Mais les machines n'ont pas fonctionné.

Elizabeth Holmes a arrêté ses études à l'université de Stanford en 2004, affirmant qu'elle "passait tout son temps à faire des recherches", en contradiction avec les procureurs qui l'accusent d'avoir vendu un mensonge pour tromper les investisseurs.

"Je le faisais par moi-même, j'ai ensuite créé une entreprise", a-t-elle déclaré de sa sa célèbre voix rauque et avec sa passion habituelle - qui ont alimenté le buzz autour d'elle dans le monde de la technologie.

- Essayer et échouer -

Lors de son témoignage, Elizabeth Holmes, qui a désormais 37 ans, a expliqué avoir été transparente sur les dépenses de son entreprise avec un de ses premiers investisseurs et assuré qu'elle a essayé de "rencontrer toutes les personnes qui connaissaient quelqu'un qui travaillait dans le secteur pharmaceutique ou y travaillaient eux-mêmes".

Elle s'est présentée à la barre après que les procureurs eurent présenté leurs arguments vendredi, après plus de 11 semaines de débats et une vingtaine de témoins.

Témoigner pour sa propre défense comporte des risques importants car les procureurs peuvent s'attaquer à toute incohérence entre ce qu'elle dit au tribunal et ses nombreuses déclarations publiques.

Elizabeth Holmes est devenue célèbre en convainquant des bailleurs de fonds reconnus, des journalistes et des partenaires commerciaux, que son idée était réalisable et pouvait révolutionner les analyses médicales.

Réputée pour son regard d'acier, elle portait régulièrement un pull noir à col roulé... Comme Steve Jobs, le fondateur d'Apple, son idole.

Elle a séduit des personnalités influentes, comme le magnat des médias Rupert Murdoch et l'ancien ministre américain de la Défense Jim Mattis, mais tout a basculé après une série d'articles publiés en 2015 par le Wall Street Journal, qui remettaient en question le fonctionnement des machines de Theranos.

Avant Elizabeth Holmes, la défense avait appelé Fabrizio Bonanni à témoigner. Cadre retraité de la société de biotechnologie Amgen, il avait été recruté pour aider Theranos alors que la start-up était confrontée à des accusations de fraude en 2016.

"J'admirais sa disposition à écouter les positions des autres sans être sur la défensive", a déclaré Bonanni au tribunal. "Les gens ont tendance à écouter et à dire +oui, mais+. Holmes n'a jamais dit +oui, mais+".

Sa défense avait plaidé lors de l'ouverture du procès qu'elle n'était coupable de rien d'autre que d'avoir essayé et échoué à réaliser une idée visionnaire.

Holmes est accusée de fraude et de conspiration en vue de commettre une fraude. Si elle est reconnue coupable, elle pourrait être emprisonnée jusqu'à 20 ans pour chaque chef d'accusation.

Elizabeth Holmes risque de passer des dizaines d'années derrière les barreaux si elle est reconnue coupable d'avoir berné les investisseurs de Theranos, la célèbre start-up spécialisée dans la fabrication de tests sanguins et dont la valeur a atteint des milliards de dollars, mais qui s'est effondrée à la suite d'accusations de fraude. "J'ai commencé par en parler à mes parents, ils m'ont laissée utiliser l'argent économisé pour mes études pour travailler sur mon brevet, puis j'ai levé des fonds ou emprunté de l'argent", a-t-elle déclaré au tribunal fédéral de San Jose, en Californie, coeur de la Silicon Valley.Elizabeth Holmes, qui a lancé Theranos en 2003, à l'âge de 19 ans, prévoyait de produire à grande échelle des outils de diagnostic plus rapides et moins chers que ceux des laboratoires traditionnels, grâce à des méthodes censées permettre jusqu'à 200 analyses à partir de quelques gouttes de sang. Mais les machines n'ont pas fonctionné.Elizabeth Holmes a arrêté ses études à l'université de Stanford en 2004, affirmant qu'elle "passait tout son temps à faire des recherches", en contradiction avec les procureurs qui l'accusent d'avoir vendu un mensonge pour tromper les investisseurs."Je le faisais par moi-même, j'ai ensuite créé une entreprise", a-t-elle déclaré de sa sa célèbre voix rauque et avec sa passion habituelle - qui ont alimenté le buzz autour d'elle dans le monde de la technologie.Lors de son témoignage, Elizabeth Holmes, qui a désormais 37 ans, a expliqué avoir été transparente sur les dépenses de son entreprise avec un de ses premiers investisseurs et assuré qu'elle a essayé de "rencontrer toutes les personnes qui connaissaient quelqu'un qui travaillait dans le secteur pharmaceutique ou y travaillaient eux-mêmes".Elle s'est présentée à la barre après que les procureurs eurent présenté leurs arguments vendredi, après plus de 11 semaines de débats et une vingtaine de témoins.Témoigner pour sa propre défense comporte des risques importants car les procureurs peuvent s'attaquer à toute incohérence entre ce qu'elle dit au tribunal et ses nombreuses déclarations publiques.Elizabeth Holmes est devenue célèbre en convainquant des bailleurs de fonds reconnus, des journalistes et des partenaires commerciaux, que son idée était réalisable et pouvait révolutionner les analyses médicales. Réputée pour son regard d'acier, elle portait régulièrement un pull noir à col roulé... Comme Steve Jobs, le fondateur d'Apple, son idole.Elle a séduit des personnalités influentes, comme le magnat des médias Rupert Murdoch et l'ancien ministre américain de la Défense Jim Mattis, mais tout a basculé après une série d'articles publiés en 2015 par le Wall Street Journal, qui remettaient en question le fonctionnement des machines de Theranos.Avant Elizabeth Holmes, la défense avait appelé Fabrizio Bonanni à témoigner. Cadre retraité de la société de biotechnologie Amgen, il avait été recruté pour aider Theranos alors que la start-up était confrontée à des accusations de fraude en 2016."J'admirais sa disposition à écouter les positions des autres sans être sur la défensive", a déclaré Bonanni au tribunal. "Les gens ont tendance à écouter et à dire +oui, mais+. Holmes n'a jamais dit +oui, mais+".Sa défense avait plaidé lors de l'ouverture du procès qu'elle n'était coupable de rien d'autre que d'avoir essayé et échoué à réaliser une idée visionnaire.Holmes est accusée de fraude et de conspiration en vue de commettre une fraude. Si elle est reconnue coupable, elle pourrait être emprisonnée jusqu'à 20 ans pour chaque chef d'accusation.