Diverses initiatives ont déjà été prises pour faire face à l'indisponibilité des centrales nucléaires durant l'hiver prochain. Certaines anciennes centrales au gaz ont ainsi été redémarrées récemment. Mais il manquait encore toutefois de 700 à 900 MW, explique-t-on chez Elia. Le recours à la réserve stratégique a été exclu, le cadre juridique ne permettant pas la contractualisation pour la période hivernale à venir. Le gestionnaire a donc analysé les moyens d'optimiser les possibilités d'utilisation du système lorsqu'il l'exigeait.

Elia a toutefois trouvé un moyen de libérer de la puissance supplémentaire lors de périodes difficiles. Elle propose ainsi un nouveau "produit", le "Slow R3 Non-Reserved power", afin de cibler la flexibilité qui, aujourd'hui, ne peut pas être offerte à Elia avec les produits de flexibilité existants. Et cela va beaucoup plus rapidement que pour les autres produits, assure le gestionnaire du réseau. Le système fonctionne sur le principe d'offres.

Les entreprises peuvent s'inscrire pour arrêter ou réduire leur consommation en période de pénurie. Elles reçoivent alors une rémunération en échange, qui est déterminée en fonction de l'offre et de la demande. On ignore encore la capacité supplémentaire que cela produira car cela dépendra du nombre de soumissionnaires.