Les transactions prévoient que ces appareils, des Airbus 320, seront vendus à des sociétés spécialisées dans la location d'avions, selon un communiqué.

EasyJet va alors signer un contrat auprès de ces sociétés afin de pouvoir louer les appareils et continuer à les utiliser, et ce pour une durée de près de 10 ans, selon un communiqué.

EasyJet explique avoir décidé de procéder à ces transactions auprès de deux sociétés après avoir observé un niveau de demande très élevé de la part de loueurs d'avions, désireux d'acquérir des appareils.

Une fois les opérations bouclées, la compagnie possèdera 152 appareils en propre, soit environ 44% de sa flotte.

Elle précise qu'elle va continuer à évaluer la possibilité d'augmenter encore ses liquidités, y compris en vendant et en relouant des appareils.

Pour survivre à cette crise, EasyJet a renforcé considérablement sa trésorerie ces derniers mois, à hauteur de 2,4 milliards de livres au total depuis le début de la pandémie, sans compter l'annonce de mardi.

Il a par exemple levé 419 millions de livres par le biais d'une émission de nouvelles actions et obtenu un prêt de 600 millions de livres auprès des pouvoirs publics au Royaume-Uni. EasyJet a également renégocié des commandes d'Airbus.

Le groupe se trouve dans une position difficile comme l'ensemble du secteur, en raison de l'impact durable de la crise sanitaire sur le tourisme et les voyages d'affaires.

La reprise observée durant l'été semble en outre compromise par la seconde vague de la pandémie et des mesures de restriction plus vigoureuses en Europe et la quarantaine imposée par le Royaume-Uni aux voyageurs en provenance de plusieurs pays.

EasyJet ne va tourner qu'à 25% de ses capacités prévues entre octobre et décembre, soit le premier trimestre de son exercice 2020-2021.

Le groupe a par ailleurs subi la première perte annuelle de ses 25 ans d'histoire pour l'exercice 2019-2020 achevé fin septembre.

Les transactions prévoient que ces appareils, des Airbus 320, seront vendus à des sociétés spécialisées dans la location d'avions, selon un communiqué. EasyJet va alors signer un contrat auprès de ces sociétés afin de pouvoir louer les appareils et continuer à les utiliser, et ce pour une durée de près de 10 ans, selon un communiqué. EasyJet explique avoir décidé de procéder à ces transactions auprès de deux sociétés après avoir observé un niveau de demande très élevé de la part de loueurs d'avions, désireux d'acquérir des appareils. Une fois les opérations bouclées, la compagnie possèdera 152 appareils en propre, soit environ 44% de sa flotte. Elle précise qu'elle va continuer à évaluer la possibilité d'augmenter encore ses liquidités, y compris en vendant et en relouant des appareils. Pour survivre à cette crise, EasyJet a renforcé considérablement sa trésorerie ces derniers mois, à hauteur de 2,4 milliards de livres au total depuis le début de la pandémie, sans compter l'annonce de mardi. Il a par exemple levé 419 millions de livres par le biais d'une émission de nouvelles actions et obtenu un prêt de 600 millions de livres auprès des pouvoirs publics au Royaume-Uni. EasyJet a également renégocié des commandes d'Airbus. Le groupe se trouve dans une position difficile comme l'ensemble du secteur, en raison de l'impact durable de la crise sanitaire sur le tourisme et les voyages d'affaires. La reprise observée durant l'été semble en outre compromise par la seconde vague de la pandémie et des mesures de restriction plus vigoureuses en Europe et la quarantaine imposée par le Royaume-Uni aux voyageurs en provenance de plusieurs pays. EasyJet ne va tourner qu'à 25% de ses capacités prévues entre octobre et décembre, soit le premier trimestre de son exercice 2020-2021. Le groupe a par ailleurs subi la première perte annuelle de ses 25 ans d'histoire pour l'exercice 2019-2020 achevé fin septembre.