A l'heure actuelle, Belgacom compte 15.000 travailleurs. Si aucun objectif n'a été fixé en terme de nombre, un objectif "coût" a été défini, a déclaré en substance la responsable.

Selon cette dernière, les coûts salariaux représentent, chez Belgacom, 33 % du chiffre d'affaires. "Dans les entreprises télécom des pays voisins, on n'atteint que les 24 %. Je me rends compte qu'on ne pourra rattraper ce chiffre en quelques années, mais ça risque d'être un handicap pour l'avenir de l'entreprise", a-t-elle ajouté. "Nous devons regarder, avec les syndicats, comment réduire ces coûts."

Autre désavantage: le fait que Belgacom soit une entreprise publique autonome. "La concurrence peut profiter des accords relatifs à l'indexation des salaires, sans autre augmentation possible, ce qui n'est pas d'application pour nous", a encore souligné Mme Leroy selon qui les économies à réaliser ne mettront pas le service en danger.

A l'heure actuelle, Belgacom compte 15.000 travailleurs. Si aucun objectif n'a été fixé en terme de nombre, un objectif "coût" a été défini, a déclaré en substance la responsable. Selon cette dernière, les coûts salariaux représentent, chez Belgacom, 33 % du chiffre d'affaires. "Dans les entreprises télécom des pays voisins, on n'atteint que les 24 %. Je me rends compte qu'on ne pourra rattraper ce chiffre en quelques années, mais ça risque d'être un handicap pour l'avenir de l'entreprise", a-t-elle ajouté. "Nous devons regarder, avec les syndicats, comment réduire ces coûts." Autre désavantage: le fait que Belgacom soit une entreprise publique autonome. "La concurrence peut profiter des accords relatifs à l'indexation des salaires, sans autre augmentation possible, ce qui n'est pas d'application pour nous", a encore souligné Mme Leroy selon qui les économies à réaliser ne mettront pas le service en danger.