Ce nombre est moins élevé que le nombre de 393.648 véhicules concernés qui avait été communiqué fin septembre.

Cette différence s'explique par le fait que certains véhicules ont été accidentés depuis leur immatriculation, ne sont plus dans le pays ou ne sont plus immatriculés.

Dans l'autre sens, certains véhicules se trouvent en Belgique sans avoir été importés via D'Ieteren. Il y a aussi le cas de figure de personnes venant s'installer en Belgique avec leur véhicule en provenance de l'étranger.

Ce nombre est moins élevé que le nombre de 393.648 véhicules concernés qui avait été communiqué fin septembre.Cette différence s'explique par le fait que certains véhicules ont été accidentés depuis leur immatriculation, ne sont plus dans le pays ou ne sont plus immatriculés.Dans l'autre sens, certains véhicules se trouvent en Belgique sans avoir été importés via D'Ieteren. Il y a aussi le cas de figure de personnes venant s'installer en Belgique avec leur véhicule en provenance de l'étranger.