"La compagnie aérienne Primera Air (...) met fin à ses opérations aujourd'hui 2 octobre 2018", a-t-elle annoncé dans un communiqué. "Incapables de trouver un accord financier avec notre banque, nous n'avons pas d'autre choix que de nous déclarer en faillite", a indiqué le conseil d'administration. "Nous voulons vous remercier de votre loyauté. En ce jour triste, nous vous disons au revoir", a indiqué Primera dans un message aux voyageurs.

Fondée en 2003, Primera Air proposait principalement des vols charters aux voyagistes scandinaves mais s'était également lancée sur les vols secs, notamment la très concurrentielle liaison Paris-New York à partir de 99 euros l'aller simple. Avec les mutations du marché, les compagnies aériennes s'affrontent sur le long-courrier.

Très agressives sur les prix, les low-cost long-courrier, comme Norwegian, Level ou French Bee, stimulent une nouvelle demande mais connaissent souvent une situation financière tendue. Pionnière sur ce segment, Norwegian, victime d'une politique d'expansion ambitieuse soutenue par la commande de nombreux appareils, a une dette très élevée.

Primera avait une flotte de 9 appareils.

"La compagnie aérienne Primera Air (...) met fin à ses opérations aujourd'hui 2 octobre 2018", a-t-elle annoncé dans un communiqué. "Incapables de trouver un accord financier avec notre banque, nous n'avons pas d'autre choix que de nous déclarer en faillite", a indiqué le conseil d'administration. "Nous voulons vous remercier de votre loyauté. En ce jour triste, nous vous disons au revoir", a indiqué Primera dans un message aux voyageurs. Fondée en 2003, Primera Air proposait principalement des vols charters aux voyagistes scandinaves mais s'était également lancée sur les vols secs, notamment la très concurrentielle liaison Paris-New York à partir de 99 euros l'aller simple. Avec les mutations du marché, les compagnies aériennes s'affrontent sur le long-courrier. Très agressives sur les prix, les low-cost long-courrier, comme Norwegian, Level ou French Bee, stimulent une nouvelle demande mais connaissent souvent une situation financière tendue. Pionnière sur ce segment, Norwegian, victime d'une politique d'expansion ambitieuse soutenue par la commande de nombreux appareils, a une dette très élevée. Primera avait une flotte de 9 appareils.