"La direction a obtenu une ordonnance du tribunal de première instance nous menaçant de payer 1.000 euros d'astreintes par personne qui empêcherait toute activité à l'intérieur ou à l'extérieur de l'entreprise", s'insurge Gabriel Smal, secrétaire principal du groupe Défense CSC.

"C'est très grave au niveau syndical. La direction rompt la confiance. Les travailleurs sont mécontents, les affiliés à la CSC et tous ceux qui sont écoeurés par cette démarche quittent l'entreprise", a-t-il ajouté.

Une assemblée des travailleurs affiliés à la CSC était en cours vendredi midi. Des représentants du SETCa et de la CNE y participaient également mais la FGTB ne suivrait pas le mouvement.

Pour rappel, la CSC représente 35 % des 600 ouvriers de la FN-Herstal. Le syndicat chrétien mène des actions depuis plus de deux semaines pour obtenir que l'augmentation salariale de 425 euros bruts, soit 770 euros si on y ajoute les cotisations patronales, soit transposée en chèques-repas.

Trends.be avec Belga

"La direction a obtenu une ordonnance du tribunal de première instance nous menaçant de payer 1.000 euros d'astreintes par personne qui empêcherait toute activité à l'intérieur ou à l'extérieur de l'entreprise", s'insurge Gabriel Smal, secrétaire principal du groupe Défense CSC. "C'est très grave au niveau syndical. La direction rompt la confiance. Les travailleurs sont mécontents, les affiliés à la CSC et tous ceux qui sont écoeurés par cette démarche quittent l'entreprise", a-t-il ajouté. Une assemblée des travailleurs affiliés à la CSC était en cours vendredi midi. Des représentants du SETCa et de la CNE y participaient également mais la FGTB ne suivrait pas le mouvement. Pour rappel, la CSC représente 35 % des 600 ouvriers de la FN-Herstal. Le syndicat chrétien mène des actions depuis plus de deux semaines pour obtenir que l'augmentation salariale de 425 euros bruts, soit 770 euros si on y ajoute les cotisations patronales, soit transposée en chèques-repas. Trends.be avec Belga