Au plus fort de l'action spontanée, qui a débuté vers 06h00, une quarantaine de travailleurs ont bloqué les accès au bâtiment, d'après une employée de Proximus sur place. Si quelques délégués syndicaux se sont joints au mouvement, l'action émanait des employés. Les syndicats couvrent cependant leurs affiliés. "Nous ne pouvons que comprendre le mouvement de grogne et couvrons automatiquement les actions", a affirmé le secrétaire général de la CGSP Telecom, Laurent Malengreau. "Les tensions sont très vives et nous voulons éviter tout débordement", a-t-il ajouté.

Le personnel proteste contre le plan de restructuration en cours. Les employés ont été informés la semaine dernière des propositions de la direction dans le cadre du plan de restructuration de l'opérateur annoncé en janvier dernier et qui prévoit le licenciement de 1.900 travailleurs. Celui-ci est sur le point d'être finalisé, selon une source syndicale. Depuis vendredi, des membres du personnel ont mené plusieurs actions spontanées et arrêts de travail dans divers points de vente de Wallonie et Bruxelles.