Le chiffre d'affaires du groupe a atteint 799 millions d'euros au premier trimestre, ce qui représente une baisse de 9% par rapport à la même période l'an dernier.

Le chiffre d'affaires du médicament Keppra, un traitement de l'épilepsie, est en forte diminution; il a baissé de 23% durant les trois premiers mois de l'année, pour s'établir à 171 millions d'euros. La chute du chiffre d'affaires du Keppra, concurrencé par des médicaments génériques, a également joué un rôle dans ce démarrage plutôt lent.

Par contre le chiffre d'affaires des médicaments Cimzia, contre la maladie de Crohn et la polyarthrite rhumatoïde, et Vimpat, traitement de l'épilepsie, est en hausse, respectivement de 25% et de 15%.

Mais malgré ce démarrage difficile, UCB maintient ses prévisions annuelles. Le groupe table sur un chiffre d'affaires total d'environ 3,4 milliards d'euros, et sur un ebitda (bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement) récurrent entre 680 et 710 millions d'euros.

Le chiffre d'affaires du groupe a atteint 799 millions d'euros au premier trimestre, ce qui représente une baisse de 9% par rapport à la même période l'an dernier. Le chiffre d'affaires du médicament Keppra, un traitement de l'épilepsie, est en forte diminution; il a baissé de 23% durant les trois premiers mois de l'année, pour s'établir à 171 millions d'euros. La chute du chiffre d'affaires du Keppra, concurrencé par des médicaments génériques, a également joué un rôle dans ce démarrage plutôt lent. Par contre le chiffre d'affaires des médicaments Cimzia, contre la maladie de Crohn et la polyarthrite rhumatoïde, et Vimpat, traitement de l'épilepsie, est en hausse, respectivement de 25% et de 15%. Mais malgré ce démarrage difficile, UCB maintient ses prévisions annuelles. Le groupe table sur un chiffre d'affaires total d'environ 3,4 milliards d'euros, et sur un ebitda (bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement) récurrent entre 680 et 710 millions d'euros.