"Les mesures d'économies concrètes deviennent de plus en plus évidentes. L'entreprise veut supprimer chacun des 2.500 emplois et des 14 magasins annoncés", clament les syndicats (SETCa, FGTB, CNE, LBC-NVK, CSC).

Ces derniers précisent par ailleurs que le personnel restant ne pourra plus bénéficier de la pause rémunérée de 15 minutes. "En pratique, cela signifie qu'il faudra désormais travailler 38,5 heures au lieu de 36 heures pour le même salaire. En outre, les primes et jours de congé d'ancienneté seront limités, primes et horaires rationalisés, sans compter les nombreux changements qui auront une incidence directe sur la qualité de l'emploi, par exemple 'l'optimalisation' du remplissage des rayons avant l'ouverture", expliquent les syndicats.

Ceux-ci estiment également que la direction n'a pas répondu à leurs questions. "Nous nous posons aussi des questions sur le fonctionnement de ce plan en pratique. En effet, la façon dont Delhaize compte assurer un service de qualité à la clientèle avec 2.500 employés de moins n'est pas du tout clair. Lors du conseil d'entreprise, la direction s'est cantonnée à une réponse évasive sur ce point ainsi que sur la politique commerciale qu'elle compte suivre", soulignent-ils.

Le prochain conseil d'entreprise aura lieu le 22 septembre.

"Les mesures d'économies concrètes deviennent de plus en plus évidentes. L'entreprise veut supprimer chacun des 2.500 emplois et des 14 magasins annoncés", clament les syndicats (SETCa, FGTB, CNE, LBC-NVK, CSC). Ces derniers précisent par ailleurs que le personnel restant ne pourra plus bénéficier de la pause rémunérée de 15 minutes. "En pratique, cela signifie qu'il faudra désormais travailler 38,5 heures au lieu de 36 heures pour le même salaire. En outre, les primes et jours de congé d'ancienneté seront limités, primes et horaires rationalisés, sans compter les nombreux changements qui auront une incidence directe sur la qualité de l'emploi, par exemple 'l'optimalisation' du remplissage des rayons avant l'ouverture", expliquent les syndicats. Ceux-ci estiment également que la direction n'a pas répondu à leurs questions. "Nous nous posons aussi des questions sur le fonctionnement de ce plan en pratique. En effet, la façon dont Delhaize compte assurer un service de qualité à la clientèle avec 2.500 employés de moins n'est pas du tout clair. Lors du conseil d'entreprise, la direction s'est cantonnée à une réponse évasive sur ce point ainsi que sur la politique commerciale qu'elle compte suivre", soulignent-ils. Le prochain conseil d'entreprise aura lieu le 22 septembre.