Jacqueline Sioen avait fondé avec son époux - entre-temps décédé - Jean-Jacques l'entreprise Sioen Industries en 1960.

Le groupe, coté en bourse, est devenu une multinationale employant plus de 4.500 personnes dans 21 pays et le leader mondial du marché des textiles techniques et des vêtements techniques, destinés à "protéger les personnes et leurs biens".

Jacqueline Sioen y a joué un rôle actif jusqu'en 2014, abandonnant à cette date son poste d'administratrice déléguée. Elle était toutefois restée administratrice de Sioen Industries.

Ses enfants, Michele, Danielle et Pascale, ses beaux-enfants et ses petits enfants lui ont, dans un communiqué, rendu un hommage appuyé.

"Avec une féminité gracieuse et sans égal, elle travaillait jour et nuit (semble-t-il), avait des projets et restait impliquée: avec le Château, avec Sioen, l'entreprise et avec Sioen, la famille. Parce qu'elle était fière de ses petits-enfants et de ses enfants. Elle était la 'mater familias', notre appui, la main dure dans un gant doux, une inspiratrice, quelqu'un que nous avons admiré et dont nous étions fiers. Elle nous manquera", ont-ils écrit.

Jacqueline Sioen avait fondé avec son époux - entre-temps décédé - Jean-Jacques l'entreprise Sioen Industries en 1960. Le groupe, coté en bourse, est devenu une multinationale employant plus de 4.500 personnes dans 21 pays et le leader mondial du marché des textiles techniques et des vêtements techniques, destinés à "protéger les personnes et leurs biens". Jacqueline Sioen y a joué un rôle actif jusqu'en 2014, abandonnant à cette date son poste d'administratrice déléguée. Elle était toutefois restée administratrice de Sioen Industries. Ses enfants, Michele, Danielle et Pascale, ses beaux-enfants et ses petits enfants lui ont, dans un communiqué, rendu un hommage appuyé. "Avec une féminité gracieuse et sans égal, elle travaillait jour et nuit (semble-t-il), avait des projets et restait impliquée: avec le Château, avec Sioen, l'entreprise et avec Sioen, la famille. Parce qu'elle était fière de ses petits-enfants et de ses enfants. Elle était la 'mater familias', notre appui, la main dure dans un gant doux, une inspiratrice, quelqu'un que nous avons admiré et dont nous étions fiers. Elle nous manquera", ont-ils écrit.