Plusieurs définitions existent derrière la notion de "sociétés zombies", ces entreprises installées depuis plusieurs années, à la faible productivité et dont les résultats ne suffisent pas à rembourser les intérêts de leurs dettes. Mais d'aucuns s'accordent pour constater, et déplorer, qu'elles congestionnent le tissu entrepreneurial, faussent la concurrence, freinent l'innovation et captent une partie non négligeable des subsides disponibles.

Pour le bureau d'informations commerciales Graydon -qui définit une société zombie comme étant une entreprise d'au moins cinq ans, tenue de publier des comptes et qui, durant les trois derniers exercices, a publié des fonds propres négatifs-, la Belgique compte 36.595 entreprises zombies représentant 8,8% de l'ensemble des entreprises âgées d'au moins cinq ans. Quelque 1.400 d'entre elles sont des filiales de groupes basés à l'étranger.

Alors que les besoins d'injections de capitaux de l'ensemble des entreprises pour faire face au choc de la crise est estimé par Graydon à 77 milliards d'euros au total, les besoins de ces entreprises zombies s'élèveraient à 5,4 milliards d'euros, soit 7% des besoins d'injection totaux des entreprises de l'ère covid.

"On pourrait mieux utiliser l'argent public en dirigeant les aides vers les entreprises saines, qui apportent quelque chose à la société", résume Graydon.

Plusieurs définitions existent derrière la notion de "sociétés zombies", ces entreprises installées depuis plusieurs années, à la faible productivité et dont les résultats ne suffisent pas à rembourser les intérêts de leurs dettes. Mais d'aucuns s'accordent pour constater, et déplorer, qu'elles congestionnent le tissu entrepreneurial, faussent la concurrence, freinent l'innovation et captent une partie non négligeable des subsides disponibles. Pour le bureau d'informations commerciales Graydon -qui définit une société zombie comme étant une entreprise d'au moins cinq ans, tenue de publier des comptes et qui, durant les trois derniers exercices, a publié des fonds propres négatifs-, la Belgique compte 36.595 entreprises zombies représentant 8,8% de l'ensemble des entreprises âgées d'au moins cinq ans. Quelque 1.400 d'entre elles sont des filiales de groupes basés à l'étranger. Alors que les besoins d'injections de capitaux de l'ensemble des entreprises pour faire face au choc de la crise est estimé par Graydon à 77 milliards d'euros au total, les besoins de ces entreprises zombies s'élèveraient à 5,4 milliards d'euros, soit 7% des besoins d'injection totaux des entreprises de l'ère covid. "On pourrait mieux utiliser l'argent public en dirigeant les aides vers les entreprises saines, qui apportent quelque chose à la société", résume Graydon.