Avec ce feu vert, "le Royaume-Uni est le premier pays au monde à disposer d'un vaccin approuvé cliniquement" s'est félicité dans un tweet le ministre de la Santé Matt Hancock.

"Le gouvernement a accepté aujourd'hui la recommandation de l'Agence indépendante de réglementation des médicaments et des produits de santé (MHRA) d'approuver l'utilisation du vaccin contre le Covid-19 de Pfizer / BioNTech.", a déclaré un porte-parole du ministère de la Santé, indiquant que "le vaccin sera disponible dans tout le Royaume-Uni à partir de la semaine prochaine."

Ce feu vert des autorités britanniques "fait suite à des mois d'essais cliniques rigoureux et d'une analyse approfondie des données par des experts MHRA qui ont conclu que le vaccin répondait à ses normes strictes de sécurité, de qualité et d'efficacité", a indiqué le porte-parole du ministère.

Les résultats des tests à grande échelle de ce vaccin ont montré une efficacité à 95%.

Le Royaume-Uni a commandé au total 40 millions de doses de vaccins pour 2020 et 2021, ce qui suffit à vacciner 20 millions de personnes, qui recevront deux doses.

Le service public de santé, le NHS "est prêt à commencer la vaccination au début de la semaine prochaine", a déclaré M. Hancock. Parmi les personnes prioritaires pour recevoir le vaccin figurent les résidents des maisons de retraite, le personnel soignant, les personnes âgées et les personnes les plus vulnérables.

Le Royaume-Uni, qui compte au total plus de 66 millions d'habitants, a aussi commandé des vaccins à plusieurs autres laboratoires, dont 100 millions de doses du vaccin développé par les chercheurs de l'université d'Oxford et du laboratoire britannique AstraZeneca, et 60 millions de doses du vaccin Novavax.

Le patron de Pfizer a salué dans un communiqué un "moment historique".

"Nous nous attendons à ce que le déploiement du vaccin au Royaume-Uni réduise le nombre d'hospitalisations de personnes à haut risque", a de son côté déclaré Ugur Sahin, patron de BioNTech.

L'annonce britannique survient au moment où l'Angleterre sort de quatre semaines de confinement, remplacé par de strictes restrictions imposées à un niveau régional et adoptées mardi par les députés malgré une rébellion d'une partie du camp conservateur du Premier ministre Boris Johnson.

En amont du vote, Boris Johnson avait essayé de calmer leur colère, leur demandant d'être "réalistes" et "d'accepter (le fait) qu'il n'y a pas encore de vaccin", qui seul permettra un retour à une vie normale.

"D'ici là, nous ne pouvons pas nous permettre de nous relâcher, particulièrement durant les mois froids de l'hiver", a-t-il ajouté.

L'épidémie de nouveau coronavirus a tué près de 58.500 personnes au Royaume-Uni, pays le plus endeuillé d'Europe qui dénombre plus de 1,6 million de cas positifs.

"C'est fantastique", réagit Johnson

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a salué mercredi comme "fantastique" l'approbation par le Royaume-Uni du vaccin de Pfizer/BioNTech contre le nouveau coronavirus, le premier autorisé contre le Covid-19 par un pays occidental.

"C'est la protection des vaccins qui nous permettra à terme de retrouver nos vies et de redémarrer l'économie", a écrit le dirigeant sur Twitter.

Avec ce feu vert, "le Royaume-Uni est le premier pays au monde à disposer d'un vaccin approuvé cliniquement" s'est félicité dans un tweet le ministre de la Santé Matt Hancock. "Le gouvernement a accepté aujourd'hui la recommandation de l'Agence indépendante de réglementation des médicaments et des produits de santé (MHRA) d'approuver l'utilisation du vaccin contre le Covid-19 de Pfizer / BioNTech.", a déclaré un porte-parole du ministère de la Santé, indiquant que "le vaccin sera disponible dans tout le Royaume-Uni à partir de la semaine prochaine."Ce feu vert des autorités britanniques "fait suite à des mois d'essais cliniques rigoureux et d'une analyse approfondie des données par des experts MHRA qui ont conclu que le vaccin répondait à ses normes strictes de sécurité, de qualité et d'efficacité", a indiqué le porte-parole du ministère.Les résultats des tests à grande échelle de ce vaccin ont montré une efficacité à 95%.Le Royaume-Uni a commandé au total 40 millions de doses de vaccins pour 2020 et 2021, ce qui suffit à vacciner 20 millions de personnes, qui recevront deux doses.Le service public de santé, le NHS "est prêt à commencer la vaccination au début de la semaine prochaine", a déclaré M. Hancock. Parmi les personnes prioritaires pour recevoir le vaccin figurent les résidents des maisons de retraite, le personnel soignant, les personnes âgées et les personnes les plus vulnérables.Le Royaume-Uni, qui compte au total plus de 66 millions d'habitants, a aussi commandé des vaccins à plusieurs autres laboratoires, dont 100 millions de doses du vaccin développé par les chercheurs de l'université d'Oxford et du laboratoire britannique AstraZeneca, et 60 millions de doses du vaccin Novavax.Le patron de Pfizer a salué dans un communiqué un "moment historique"."Nous nous attendons à ce que le déploiement du vaccin au Royaume-Uni réduise le nombre d'hospitalisations de personnes à haut risque", a de son côté déclaré Ugur Sahin, patron de BioNTech.L'annonce britannique survient au moment où l'Angleterre sort de quatre semaines de confinement, remplacé par de strictes restrictions imposées à un niveau régional et adoptées mardi par les députés malgré une rébellion d'une partie du camp conservateur du Premier ministre Boris Johnson.En amont du vote, Boris Johnson avait essayé de calmer leur colère, leur demandant d'être "réalistes" et "d'accepter (le fait) qu'il n'y a pas encore de vaccin", qui seul permettra un retour à une vie normale. "D'ici là, nous ne pouvons pas nous permettre de nous relâcher, particulièrement durant les mois froids de l'hiver", a-t-il ajouté. L'épidémie de nouveau coronavirus a tué près de 58.500 personnes au Royaume-Uni, pays le plus endeuillé d'Europe qui dénombre plus de 1,6 million de cas positifs.