Parmi les entreprises sondées, 42% disent avoir reçu de leur employé un certificat médical au lieu d'un certificat de quarantaine. Un employeur sur quatre indique que moins de 25% de ses employés lui ont remis un certificat de quarantaine. Moins d'un employeur sur cinq déclare avoir reçu le document approprié lors de cas de quarantaine.

"Le système coûte inutilement aux employeurs", déplore Elke Tielemans, directrice d'Unizo Brabant flamand et Bruxelles. "De nombreux entrepreneurs sont surpris par le nombre élevé de jours de maladie qu'ils versent à leurs employés en raison du salaire garanti, alors que ceux-ci pourraient toucher une indemnité de chômage temporaire".

Du côté de l'Union des Classes moyennes (UCM), le problème est bien connu même s'il est difficile à quantifier. "Tous les médecins ne jouent malheureusement pas le jeu correctement. Il s'agit de quelque chose de nouveau pour eux: la personne n'est pas malade mais elle ne peut pas aller travailler car elle doit respecter une quarantaine", indique Thierry Evens de l'UCM.

Les deux organisations patronales appellent dès lors les médecins à utiliser correctement les systèmes de certificat médical et de certificat de mise en quarantaine et demandent au ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke, de sensibiliser davantage les médecins à leur bonne utilisation

Parmi les entreprises sondées, 42% disent avoir reçu de leur employé un certificat médical au lieu d'un certificat de quarantaine. Un employeur sur quatre indique que moins de 25% de ses employés lui ont remis un certificat de quarantaine. Moins d'un employeur sur cinq déclare avoir reçu le document approprié lors de cas de quarantaine. "Le système coûte inutilement aux employeurs", déplore Elke Tielemans, directrice d'Unizo Brabant flamand et Bruxelles. "De nombreux entrepreneurs sont surpris par le nombre élevé de jours de maladie qu'ils versent à leurs employés en raison du salaire garanti, alors que ceux-ci pourraient toucher une indemnité de chômage temporaire". Du côté de l'Union des Classes moyennes (UCM), le problème est bien connu même s'il est difficile à quantifier. "Tous les médecins ne jouent malheureusement pas le jeu correctement. Il s'agit de quelque chose de nouveau pour eux: la personne n'est pas malade mais elle ne peut pas aller travailler car elle doit respecter une quarantaine", indique Thierry Evens de l'UCM. Les deux organisations patronales appellent dès lors les médecins à utiliser correctement les systèmes de certificat médical et de certificat de mise en quarantaine et demandent au ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke, de sensibiliser davantage les médecins à leur bonne utilisation