Emirates Airlines, avec sa flotte de 271 gros-porteurs, est la plus grande compagnie aérienne du Moyen-Orient et une pièce maitresse de l'économie de Dubaï et des Émirats arabes unis en général.

"Le gouvernement de Dubaï s'engage à soutenir pleinement Emirates en ce moment critique et va injecter des capitaux dans la compagnie", a déclaré le prince héritier de l'émirat, Cheikh Hamdane ben Mohammed ben Rached Al-Maktoum, sur Twitter. "Emirates, notre transporteur national, a fait de Dubaï une plaque tournante mondiale du transport aérien et a une grande valeur stratégique étant l'un des principaux piliers de l'économie de Dubaï, ainsi que de l'économie des Emirats arabes unis en général", a-t-il ajouté. Le prince héritier de Dubaï n'a pas donné de détails sur l'ampleur de l'intervention, mais indiqué que d'autres détails seraient annoncés ultérieurement.

Emirates, qui possède la plus grande flotte du monde d'avions géants A-380 avec 113 exemplaires, a suspendu ses vols de passagers la semaine dernière au moment où les Émirats arabes unis prenaient des mesures pour contenir la propagation du nouveau coronavirus. Le transporteur a réduit ses coûts en baissant de 25 à 50% les salaires de base de la plupart de ses 100.000 employés, en soulignant que cette décision avait pour but d'éviter des licenciements. La compagnie a transporté environ 90 millions de passagers l'année dernière et est l'une des rares à dégager des bénéfices ces dernières années.

L'Organisation arabe des transporteurs aériens (AACO) a exhorté les gouvernements régionaux à fournir d'urgence une aide financière aux compagnies nationales, en plus d'allègements fiscaux et d'exonérations des frais. L'Association internationale du transport aérien (IATA) a estimé la semaine dernière que les revenus des compagnies aériennes du Moyen-Orient devraient chuter de 19 milliards de dollars en 2020, soit une baisse de 39% par rapport à l'année dernière. "L'industrie du transport aérien est confrontée à sa plus grave crise ... Pour les compagnies aériennes, c'est Apocalypse Now", avait déclaré le chef de l'IATA, Alexandre de Juniac.

Les Emirats arabes unis, une fédération de sept membres dont Dubaï, ont signalé 611 cas de Covid-19 et cinq décès. Ils ont pris de nombreuses mesures pour freiner la propagation de la pandémie, en fermant entre autres leurs frontières et en arrêtant les vols de passagers.

Emirates Airlines, avec sa flotte de 271 gros-porteurs, est la plus grande compagnie aérienne du Moyen-Orient et une pièce maitresse de l'économie de Dubaï et des Émirats arabes unis en général."Le gouvernement de Dubaï s'engage à soutenir pleinement Emirates en ce moment critique et va injecter des capitaux dans la compagnie", a déclaré le prince héritier de l'émirat, Cheikh Hamdane ben Mohammed ben Rached Al-Maktoum, sur Twitter. "Emirates, notre transporteur national, a fait de Dubaï une plaque tournante mondiale du transport aérien et a une grande valeur stratégique étant l'un des principaux piliers de l'économie de Dubaï, ainsi que de l'économie des Emirats arabes unis en général", a-t-il ajouté. Le prince héritier de Dubaï n'a pas donné de détails sur l'ampleur de l'intervention, mais indiqué que d'autres détails seraient annoncés ultérieurement.Emirates, qui possède la plus grande flotte du monde d'avions géants A-380 avec 113 exemplaires, a suspendu ses vols de passagers la semaine dernière au moment où les Émirats arabes unis prenaient des mesures pour contenir la propagation du nouveau coronavirus. Le transporteur a réduit ses coûts en baissant de 25 à 50% les salaires de base de la plupart de ses 100.000 employés, en soulignant que cette décision avait pour but d'éviter des licenciements. La compagnie a transporté environ 90 millions de passagers l'année dernière et est l'une des rares à dégager des bénéfices ces dernières années.L'Organisation arabe des transporteurs aériens (AACO) a exhorté les gouvernements régionaux à fournir d'urgence une aide financière aux compagnies nationales, en plus d'allègements fiscaux et d'exonérations des frais. L'Association internationale du transport aérien (IATA) a estimé la semaine dernière que les revenus des compagnies aériennes du Moyen-Orient devraient chuter de 19 milliards de dollars en 2020, soit une baisse de 39% par rapport à l'année dernière. "L'industrie du transport aérien est confrontée à sa plus grave crise ... Pour les compagnies aériennes, c'est Apocalypse Now", avait déclaré le chef de l'IATA, Alexandre de Juniac.Les Emirats arabes unis, une fédération de sept membres dont Dubaï, ont signalé 611 cas de Covid-19 et cinq décès. Ils ont pris de nombreuses mesures pour freiner la propagation de la pandémie, en fermant entre autres leurs frontières et en arrêtant les vols de passagers.