Voici plusieurs semaines, la plateforme de location entre particuliers avait décidé unilatéralement de rembourser intégralement les réservations d'utilisateurs renonçant à leur voyage pour suivre les consignes de confinement des autorités. Certains hôtes avaient très mal accueilli la nouvelle, synonyme pour eux d'importants manque à gagner.

"Sachez que cette décision n'était pas une décision commerciale mais fondée sur la protection de la santé publique", a souligné lundi le patron et co-fondateur d'Airbnb, Brian Chesky. "Même si je crois que nous avons fait le bon choix en faisant primer la santé et la sécurité, je suis désolé que nous ayons communiqué cette décision sans vous avoir consultés, comme des partenaires devraient le faire", a-t-il ajouté dans une vidéo diffusée depuis son domicile.

Airbnb va verser aux hôtes 25% de la somme qu'ils auraient dû toucher pour toute annulation de réservation entre le 14 mars et le 31 mai en raison du nouveau coronavirus. De leur côté, les voyageurs annulant leur réservation durant cette période peuvent demander un remboursement complet ou un avoir. "Nous savons que ce n'est qu'un petit peu, mais ça peut représenter beaucoup en ce moment", a estimé Brian Chesky.

Nouvelle fonctionnalité pour les dons

Airbnb a aussi mis sur pied un fonds de soutien de dix millions de dollars pour les "super-hôtes", des loueurs assidus et très bien notés, qui auraient des difficultés à payer les échéances de leur prêt ou leur loyer en raison de l'impact de la crise sanitaire sur le tourisme. Une fonctionnalité va aussi être ajoutée sur la plateforme pour permettre aux utilisateurs d'envoyer des dons aux hôtes avec lesquels ils se seraient liés.

D'après M. Chesky, environ 50.000 hôtes d'Airbnb ont par ailleurs déjà exprimé leur souhait d'accueillir gratuitement dans leur logement des soignants ou membres des secours luttant contre la pandémie de Covid-19.

Airbnb va être durement affectée par les mesures de confinement décrétées à travers le monde. La société basée à San Francisco avait prévu, avant la pandémie, de rentrer en Bourse en 2020 à une valeur estimée jusqu'à 35 milliards de dollars.

Voici plusieurs semaines, la plateforme de location entre particuliers avait décidé unilatéralement de rembourser intégralement les réservations d'utilisateurs renonçant à leur voyage pour suivre les consignes de confinement des autorités. Certains hôtes avaient très mal accueilli la nouvelle, synonyme pour eux d'importants manque à gagner."Sachez que cette décision n'était pas une décision commerciale mais fondée sur la protection de la santé publique", a souligné lundi le patron et co-fondateur d'Airbnb, Brian Chesky. "Même si je crois que nous avons fait le bon choix en faisant primer la santé et la sécurité, je suis désolé que nous ayons communiqué cette décision sans vous avoir consultés, comme des partenaires devraient le faire", a-t-il ajouté dans une vidéo diffusée depuis son domicile.Airbnb va verser aux hôtes 25% de la somme qu'ils auraient dû toucher pour toute annulation de réservation entre le 14 mars et le 31 mai en raison du nouveau coronavirus. De leur côté, les voyageurs annulant leur réservation durant cette période peuvent demander un remboursement complet ou un avoir. "Nous savons que ce n'est qu'un petit peu, mais ça peut représenter beaucoup en ce moment", a estimé Brian Chesky.Airbnb a aussi mis sur pied un fonds de soutien de dix millions de dollars pour les "super-hôtes", des loueurs assidus et très bien notés, qui auraient des difficultés à payer les échéances de leur prêt ou leur loyer en raison de l'impact de la crise sanitaire sur le tourisme. Une fonctionnalité va aussi être ajoutée sur la plateforme pour permettre aux utilisateurs d'envoyer des dons aux hôtes avec lesquels ils se seraient liés.D'après M. Chesky, environ 50.000 hôtes d'Airbnb ont par ailleurs déjà exprimé leur souhait d'accueillir gratuitement dans leur logement des soignants ou membres des secours luttant contre la pandémie de Covid-19. Airbnb va être durement affectée par les mesures de confinement décrétées à travers le monde. La société basée à San Francisco avait prévu, avant la pandémie, de rentrer en Bourse en 2020 à une valeur estimée jusqu'à 35 milliards de dollars.