Le groupe, qui faisait déjà face à une crise de la distribution au Royaume-Uni à cause d'une guerre des prix et de la concurrence d'Amazon, a vu ses difficultés aggravées par la pandémie de coronavirus.

Le confinement a forcé les commerces non essentiels à rester fermés pendant près de trois mois, et les ventes d'habillement en ligne ont chuté, même si les courses d'alimentation, notamment sur internet, ont bondi.

Les ventes de détail ont enregistré une chute record de plus de 18% sur un mois en avril avant de rebondir de 12% en mai, mais certaines habitudes de consommation "ont changé pour toujours", avait prévenu en mai le patron de Marks and Spencer Steve Rowe, suggérant une baisse de fréquentation durable des commerces physiques.

Parmi les grandes enseignes britanniques de distribution, les pharmacies Boots avaient annoncé il y a dix jours qu'elles prévoyaient de supprimer 4.000 emplois au Royaume-Uni et les grands magasins John Lewis 1.300 à cause de l'impact du coronavirus.

Dans la restauration, autre secteur parmi les plus durement touchés, les chaînes italiennes Ask Italian et Zizzi ont dit ce week-end qu'elles ne rouvriraient pas 75 de leurs établissements à cause de la pandémie de coronavirus.

Celle-ci a forcé les restaurants, bars et hôtels à rester fermés pendant plus de trois mois et en raison des mesures de distanciation encore nécessaires, certains estiment qu'ils ne peuvent pas être rentables à l'heure actuelle, repoussant leur reprise d'activité, ou décidant de fermer définitivement.

Le groupe, qui faisait déjà face à une crise de la distribution au Royaume-Uni à cause d'une guerre des prix et de la concurrence d'Amazon, a vu ses difficultés aggravées par la pandémie de coronavirus. Le confinement a forcé les commerces non essentiels à rester fermés pendant près de trois mois, et les ventes d'habillement en ligne ont chuté, même si les courses d'alimentation, notamment sur internet, ont bondi. Les ventes de détail ont enregistré une chute record de plus de 18% sur un mois en avril avant de rebondir de 12% en mai, mais certaines habitudes de consommation "ont changé pour toujours", avait prévenu en mai le patron de Marks and Spencer Steve Rowe, suggérant une baisse de fréquentation durable des commerces physiques. Parmi les grandes enseignes britanniques de distribution, les pharmacies Boots avaient annoncé il y a dix jours qu'elles prévoyaient de supprimer 4.000 emplois au Royaume-Uni et les grands magasins John Lewis 1.300 à cause de l'impact du coronavirus. Dans la restauration, autre secteur parmi les plus durement touchés, les chaînes italiennes Ask Italian et Zizzi ont dit ce week-end qu'elles ne rouvriraient pas 75 de leurs établissements à cause de la pandémie de coronavirus. Celle-ci a forcé les restaurants, bars et hôtels à rester fermés pendant plus de trois mois et en raison des mesures de distanciation encore nécessaires, certains estiment qu'ils ne peuvent pas être rentables à l'heure actuelle, repoussant leur reprise d'activité, ou décidant de fermer définitivement.