"La large majorité des fraudes sont relatives au formulaire A1", explique le cabinet du ministre chargé de la lutte contre la fraude sociale, Philippe De Backer (Open VLD). Ce formulaire permet de détacher des travailleurs en Europe et d'assurer que les cotisations sociales soient payées dans leur

pays d'origine. "Ces autorisations sont distribuées comme des bonbons par certains pays. Actuellement, il est très compliqué de vérifier si les cotisations sociales des travailleurs détachés en Belgique sont réellement payées", explique le ministre.

"La rapidité de la destruction d'emplois belges dans la construction est colossale. Or, nous sommes l'un des plus gros secteurs au niveau de

la main- d'oeuvre : chaque année, nous reversons près de 21 milliards d'euros, soit 11 % des recettes du Trésor", assure Robert de Mûelenaere, administrateur délégué de la Confédération Construction, qui évoque 19.000 emplois supprimés depuis 2012, et 45.000 menacés.

"La large majorité des fraudes sont relatives au formulaire A1", explique le cabinet du ministre chargé de la lutte contre la fraude sociale, Philippe De Backer (Open VLD). Ce formulaire permet de détacher des travailleurs en Europe et d'assurer que les cotisations sociales soient payées dans leurpays d'origine. "Ces autorisations sont distribuées comme des bonbons par certains pays. Actuellement, il est très compliqué de vérifier si les cotisations sociales des travailleurs détachés en Belgique sont réellement payées", explique le ministre. "La rapidité de la destruction d'emplois belges dans la construction est colossale. Or, nous sommes l'un des plus gros secteurs au niveau dela main- d'oeuvre : chaque année, nous reversons près de 21 milliards d'euros, soit 11 % des recettes du Trésor", assure Robert de Mûelenaere, administrateur délégué de la Confédération Construction, qui évoque 19.000 emplois supprimés depuis 2012, et 45.000 menacés.