La soeur de Jared Kushner, Nicole Kushner Meyer, avait mentionné son frère samedi devant des investisseurs chinois réunis à Pékin, auprès desquels elle sollicitait quelque 150 millions de dollars d'investissements pour un projet immobilier d'appartements de luxe à Jersey City, dans le New Jersey.

"Ms. Meyer voulait dire clairement que son frère avait quitté ses fonctions de la société en janvier et n'a rien à voir avec ce projet", a assuré l'entreprise lundi dans un communiqué. "Kushner Companies s'excuse si cette mention de son frère a pu être interprétée comme une tentative de séduire des investisseurs. Ce n'était pas son intention", a-t-elle ajouté.

Le New York Times et le Washington Post avaient souligné ce week-end la référence à Jared Kushner dans sa présentation, y voyant une entorse à la décision de Jared Kushner d'éviter tout conflit d'intérêts en se retirant de l'entreprise familiale.

M. Kushner, qui a fait comme Donald Trump fortune dans l'immobilier, a annoncé en janvier, juste avant sa nomination comme haut conseiller du nouveau président américain, qu'il se retirait de la gestion de l'entreprise et qu'il cédait également ses parts.

La présentation de Mme Meyer devant les investisseurs chinois a également attiré l'attention des médias américains car elle leur proposait d'investir par l'intermédiaire d'un programme américain controversé de visas d'investisseurs appelé EB-5. Ce programme permet d'obtenir un permis de résident permanent - la fameuse "green card" - en échange d'investissements d'au moins 500.000 dollars dans une entreprise aux Etats-Unis qui doit également créer au moins 10 emplois dans le pays.

Le communiqué de lundi ne précise pas si Kushner Companies va poursuivre les présentations devant les investisseurs chinois comme initialement prévu. Après Pékin et Shanghai, des présentations sont prévues le week-end prochain dans les métropoles méridionales de Shenzhen et Canton.

La soeur de Jared Kushner, Nicole Kushner Meyer, avait mentionné son frère samedi devant des investisseurs chinois réunis à Pékin, auprès desquels elle sollicitait quelque 150 millions de dollars d'investissements pour un projet immobilier d'appartements de luxe à Jersey City, dans le New Jersey. "Ms. Meyer voulait dire clairement que son frère avait quitté ses fonctions de la société en janvier et n'a rien à voir avec ce projet", a assuré l'entreprise lundi dans un communiqué. "Kushner Companies s'excuse si cette mention de son frère a pu être interprétée comme une tentative de séduire des investisseurs. Ce n'était pas son intention", a-t-elle ajouté. Le New York Times et le Washington Post avaient souligné ce week-end la référence à Jared Kushner dans sa présentation, y voyant une entorse à la décision de Jared Kushner d'éviter tout conflit d'intérêts en se retirant de l'entreprise familiale. M. Kushner, qui a fait comme Donald Trump fortune dans l'immobilier, a annoncé en janvier, juste avant sa nomination comme haut conseiller du nouveau président américain, qu'il se retirait de la gestion de l'entreprise et qu'il cédait également ses parts. La présentation de Mme Meyer devant les investisseurs chinois a également attiré l'attention des médias américains car elle leur proposait d'investir par l'intermédiaire d'un programme américain controversé de visas d'investisseurs appelé EB-5. Ce programme permet d'obtenir un permis de résident permanent - la fameuse "green card" - en échange d'investissements d'au moins 500.000 dollars dans une entreprise aux Etats-Unis qui doit également créer au moins 10 emplois dans le pays. Le communiqué de lundi ne précise pas si Kushner Companies va poursuivre les présentations devant les investisseurs chinois comme initialement prévu. Après Pékin et Shanghai, des présentations sont prévues le week-end prochain dans les métropoles méridionales de Shenzhen et Canton.