La pénurie se faisait déjà sentir avant le Covid mais la crise est devenue brûlante avec l'économie qui repart, notamment au Royaume-Uni où elle a été renforcée par les effets du Brexit: des stations-service se sont retrouvées à sec. Tous les pays sont concernés: la Pologne serait en déficit de plus de 120.000 conducteurs, l'Allemagne de près de 60.000, et l'Espagne de 15.000, selon une étude du cabinet britannique Transport Intelligence (TI).

"Les raisons sont multiples", souligne à l'AFP Violeta Keckarovska, qui a publié l'étude à l'été pour TI. "La population des conducteurs vieillit, les jeunes ne sont pas attirés par le métier, les conditions de travail ne sont pas bonnes, les salaires sont bas". Dans certains pays, la fin du service militaire obligatoire a aussi privé les transporteurs de chauffeurs déjà formés.

Au grand salon de la logistique Solutrans, qui a ouvert mardi près de Lyon, plusieurs organismes de formation tentent de séduire des candidats en leur faisant conduire un poids lourd sur simulateur, pour saisir le gabarit et tester la boîte à 8 vitesses. "Ce sont des métiers avec d'énormes responsabilités" et qui ont beaucoup évolué ces dernières années, souligne Régis Garcia, chez le formateur Aftral. "Ce n'est pas forcément plus simple, mais c'est beaucoup moins mécanique et physique, et il y a plus d'assistances électroniques" Les conducteurs parcourent aussi des distances plus courtes qu'avant.

L'innovation technologique pourrait aussi changer la donne: la société Dyn'Acces a fait un tabac à Solutrans avec une plateforme télescopique qui permet à un conducteur en fauteuil roulant de se mettre au volant d'un poids lourd.

- Rémunérations en hausse ? -

En France, entre 40.000 et 50.000 personnes manquent aux entreprises, soit deux fois plus qu'en 2017, regrette la Fédération nationale des transports routiers (FNTR), qui a multiplié les efforts de communication. "L'image de René, conducteur poids lourd tatoué, continue de nous faire du mal (...). C'est un travail sur la longue durée", souligne Marina Verbaere-Grobel, responsable du secteur chez Pôle Emploi. "On dit aux entreprises qu'il y a une réflexion à mener sur leur marque, sur le bien-être au travail, qui passe par les primes, le tutorat. Savoir recruter c'est aussi savoir garder ses salariés".

Jeunes, salariés en reconversion, chômeurs en réinsertion, la cible est large. Les femmes, qui représentent une part infime des chauffeurs, sont également "très recherchées".

La formation coûte entre 4.500 et 7.000 euros, souvent prise en charge par l'employeur et des aides publiques. L'apprentissage se développe beaucoup, avec un accès aux poids-lourds à partir de 21 ans. Certains jeunes restent séduits et tentent le permis: "tu n'as pas ton patron à côté de toi, et je préfère rouler à l'extérieur qu'en centre-ville", souligne Pierre Nguembou, 29 ans, ex-livreur à Toulouse (sud-ouest).

Le futur chauffeur compte sur les heures supplémentaires pour doper sa paye, mais constate déjà qu'il fera un métier "très règlementé sans avoir forcément les avantages qui vont avec".

Une partie de la solution se décide actuellement entre les transporteurs et les syndicats. Dans des négociations tendues en France, les représentants des salariés demandent notamment des mesures pour améliorer la santé et le bien-être des routiers, et une revalorisation de 10% des salaires, qui démarrent au SMIC (salaire minimum). Les organisations patronales se sont plutôt positionnées sur 3,5 à 4,5% d'augmentation, selon le syndicat CFTC. Alors la CGT et CGT-FO ont quitté la table des négociations, laissant planer la menace de mobilisations avant Noël.

"Si on est dans des sous-métiers (...) il faut qu'ils le disent", lance Thierry Douine pour la CFTC. "La pyramide des âges est très très forte dans les transports (...) On va avoir des difficultés, comme on l'a vu avec le Brexit".

La pénurie se faisait déjà sentir avant le Covid mais la crise est devenue brûlante avec l'économie qui repart, notamment au Royaume-Uni où elle a été renforcée par les effets du Brexit: des stations-service se sont retrouvées à sec. Tous les pays sont concernés: la Pologne serait en déficit de plus de 120.000 conducteurs, l'Allemagne de près de 60.000, et l'Espagne de 15.000, selon une étude du cabinet britannique Transport Intelligence (TI). "Les raisons sont multiples", souligne à l'AFP Violeta Keckarovska, qui a publié l'étude à l'été pour TI. "La population des conducteurs vieillit, les jeunes ne sont pas attirés par le métier, les conditions de travail ne sont pas bonnes, les salaires sont bas". Dans certains pays, la fin du service militaire obligatoire a aussi privé les transporteurs de chauffeurs déjà formés. Au grand salon de la logistique Solutrans, qui a ouvert mardi près de Lyon, plusieurs organismes de formation tentent de séduire des candidats en leur faisant conduire un poids lourd sur simulateur, pour saisir le gabarit et tester la boîte à 8 vitesses. "Ce sont des métiers avec d'énormes responsabilités" et qui ont beaucoup évolué ces dernières années, souligne Régis Garcia, chez le formateur Aftral. "Ce n'est pas forcément plus simple, mais c'est beaucoup moins mécanique et physique, et il y a plus d'assistances électroniques" Les conducteurs parcourent aussi des distances plus courtes qu'avant.L'innovation technologique pourrait aussi changer la donne: la société Dyn'Acces a fait un tabac à Solutrans avec une plateforme télescopique qui permet à un conducteur en fauteuil roulant de se mettre au volant d'un poids lourd.- Rémunérations en hausse ? -En France, entre 40.000 et 50.000 personnes manquent aux entreprises, soit deux fois plus qu'en 2017, regrette la Fédération nationale des transports routiers (FNTR), qui a multiplié les efforts de communication. "L'image de René, conducteur poids lourd tatoué, continue de nous faire du mal (...). C'est un travail sur la longue durée", souligne Marina Verbaere-Grobel, responsable du secteur chez Pôle Emploi. "On dit aux entreprises qu'il y a une réflexion à mener sur leur marque, sur le bien-être au travail, qui passe par les primes, le tutorat. Savoir recruter c'est aussi savoir garder ses salariés". Jeunes, salariés en reconversion, chômeurs en réinsertion, la cible est large. Les femmes, qui représentent une part infime des chauffeurs, sont également "très recherchées". La formation coûte entre 4.500 et 7.000 euros, souvent prise en charge par l'employeur et des aides publiques. L'apprentissage se développe beaucoup, avec un accès aux poids-lourds à partir de 21 ans. Certains jeunes restent séduits et tentent le permis: "tu n'as pas ton patron à côté de toi, et je préfère rouler à l'extérieur qu'en centre-ville", souligne Pierre Nguembou, 29 ans, ex-livreur à Toulouse (sud-ouest).Le futur chauffeur compte sur les heures supplémentaires pour doper sa paye, mais constate déjà qu'il fera un métier "très règlementé sans avoir forcément les avantages qui vont avec".Une partie de la solution se décide actuellement entre les transporteurs et les syndicats. Dans des négociations tendues en France, les représentants des salariés demandent notamment des mesures pour améliorer la santé et le bien-être des routiers, et une revalorisation de 10% des salaires, qui démarrent au SMIC (salaire minimum). Les organisations patronales se sont plutôt positionnées sur 3,5 à 4,5% d'augmentation, selon le syndicat CFTC. Alors la CGT et CGT-FO ont quitté la table des négociations, laissant planer la menace de mobilisations avant Noël. "Si on est dans des sous-métiers (...) il faut qu'ils le disent", lance Thierry Douine pour la CFTC. "La pyramide des âges est très très forte dans les transports (...) On va avoir des difficultés, comme on l'a vu avec le Brexit".