Seuls les travailleurs néerlandais (87,8%) ont un regard encore plus positif que les Belges sur leur emploi.

Par ailleurs, près de 85% des employés belges n'ont pas de crainte sur la sécurité d'emploi. "Ils croient à la continuité de l'entreprise et à leur propre fonction au sein de l'entreprise. À ce sujet, les Belges atteignent le score le plus élevé de tous les Européens interrogés", souligne SD Worx.

Les Belges sont aussi très fidèles à leur employeur puisque plus de sept employés sur 10 (77,6%) déclarent avoir l'intention de "rester à long terme, pour une durée indéterminée, dans l'organisation, même s'ils reçoivent une offre comparable de l'extérieur". Les employés néerlandais sont encore plus fidèles (81,6%).

Ombre au tableau: les possibilités d'évolution. À peine 58,7% des employés belges déclarent avoir suffisamment de possibilités d'évolution dans leur travail. Le pourcentage à ce sujet est le plus bas en France, où seulement la moitié des employés affirment recevoir des possibilités d'évolution.

Seuls les travailleurs néerlandais (87,8%) ont un regard encore plus positif que les Belges sur leur emploi.Par ailleurs, près de 85% des employés belges n'ont pas de crainte sur la sécurité d'emploi. "Ils croient à la continuité de l'entreprise et à leur propre fonction au sein de l'entreprise. À ce sujet, les Belges atteignent le score le plus élevé de tous les Européens interrogés", souligne SD Worx. Les Belges sont aussi très fidèles à leur employeur puisque plus de sept employés sur 10 (77,6%) déclarent avoir l'intention de "rester à long terme, pour une durée indéterminée, dans l'organisation, même s'ils reçoivent une offre comparable de l'extérieur". Les employés néerlandais sont encore plus fidèles (81,6%). Ombre au tableau: les possibilités d'évolution. À peine 58,7% des employés belges déclarent avoir suffisamment de possibilités d'évolution dans leur travail. Le pourcentage à ce sujet est le plus bas en France, où seulement la moitié des employés affirment recevoir des possibilités d'évolution.