"Cela rendrait l'accès aux produits essentiels plus facile pour les clients", estime la fédération du secteur du commerce, soulignant que "les magasins non-alimentaires vendent de nombreux produits essentiels" (fournitures pour le gaz, l'eau et l'éclairage, articles de sécurité, pellets, produits de nettoyage et pour bébés...).

"Le besoin de savons et de crèmes antiallergiques s'est accru en raison de la crise du coronavirus. Ces produits sont actuellement uniquement disponibles en pharmacie, alors qu'ils seraient beaucoup plus accessibles en magasins", argumente encore Comeos.

La fédération sectorielle suggère que les modalités de ces points de retrait soient "strictement définies, par exemple en travaillant sur rendez-vous, en n'autorisant que les paiements sans espèces et sans contact physique avec le personnel".

Alors qu'une réouverture partielle des recyparcs se profile, "les points de collecte pourraient également constituer une nouvelle étape ainsi qu'une préparation à l'assouplissement progressif des règles" de confinement, juge Comeos.

"Cela rendrait l'accès aux produits essentiels plus facile pour les clients", estime la fédération du secteur du commerce, soulignant que "les magasins non-alimentaires vendent de nombreux produits essentiels" (fournitures pour le gaz, l'eau et l'éclairage, articles de sécurité, pellets, produits de nettoyage et pour bébés...). "Le besoin de savons et de crèmes antiallergiques s'est accru en raison de la crise du coronavirus. Ces produits sont actuellement uniquement disponibles en pharmacie, alors qu'ils seraient beaucoup plus accessibles en magasins", argumente encore Comeos. La fédération sectorielle suggère que les modalités de ces points de retrait soient "strictement définies, par exemple en travaillant sur rendez-vous, en n'autorisant que les paiements sans espèces et sans contact physique avec le personnel". Alors qu'une réouverture partielle des recyparcs se profile, "les points de collecte pourraient également constituer une nouvelle étape ainsi qu'une préparation à l'assouplissement progressif des règles" de confinement, juge Comeos.