Dans la région de Charleroi, le groupe AGC compte différentes usines. A Fleurus, il produit spécifiquement des pare-brise destinés à l'industrie automobile.

Parmi les 52 travailleurs menacés, la direction du site fleurusien a évoqué selon les syndicats le départ de 47 ouvriers et de cinq employés. Pour l'heure, l'usine compte 195 travailleurs.

"Les responsables du site lient leur décision à la contraction des ventes de voitures en Europe depuis 2019 et à l'absence de perspectives plus encourageantes à cet égard avant 2025, voire 2026", a indiqué Marc Moreau, permanent CSC.

Selon les syndicats, la direction a également justifié sa décision par l'usage croissant par les constructeurs des pare-brise "intelligents", des produits qui ne sont pas fabriqués pour l'heure par AGC à Fleurus.

Le site d'AGC à Fleurus a connu plusieurs restructurations au cours des 20 dernières années. En 2005, l'annonce d'importantes pertes d'emplois avait déclenché un mouvement de grève de plus de 100 jours.

Dans la région de Charleroi, le groupe AGC compte différentes usines. A Fleurus, il produit spécifiquement des pare-brise destinés à l'industrie automobile. Parmi les 52 travailleurs menacés, la direction du site fleurusien a évoqué selon les syndicats le départ de 47 ouvriers et de cinq employés. Pour l'heure, l'usine compte 195 travailleurs. "Les responsables du site lient leur décision à la contraction des ventes de voitures en Europe depuis 2019 et à l'absence de perspectives plus encourageantes à cet égard avant 2025, voire 2026", a indiqué Marc Moreau, permanent CSC. Selon les syndicats, la direction a également justifié sa décision par l'usage croissant par les constructeurs des pare-brise "intelligents", des produits qui ne sont pas fabriqués pour l'heure par AGC à Fleurus. Le site d'AGC à Fleurus a connu plusieurs restructurations au cours des 20 dernières années. En 2005, l'annonce d'importantes pertes d'emplois avait déclenché un mouvement de grève de plus de 100 jours.