Parmi les soins esthétiques, une dérogation a été accordée aux coiffeurs à domicile, qui pourront donc reprendre leur activité dès lundi.

Les pédicures non-médicales ou encore les manucures ne restent autorisées qu'en salon.

Les saunas privatifs seront autorisés aux personnes habitant sous le même toit. "Il ne s'agit donc pas de rouvrir les grands centres thermaux mais bien de rouvrir les saunas qui sont proposés par exemple, dans certains centres d'esthétique", a précisé le ministre. Par contre, les jacuzzis, les cabines à vapeur et les hammams resteront inaccessibles.

Les photographes pourront à nouveau recevoir des clients en studio (pas à domicile donc), avec un maximum de 1 client par 10 mètres carrés.

Les commerces ambulants de denrées alimentaires seront à nouveau autorisés à circuler. "Jusqu'à présent, ces marchands, typiquement de glaces ou de gaufres, s'installaient au centre des villages provoquant des rassemblements, ce qui était contraire à l'esprit des mesures sanitaires", décrit David Clarinval. "Ces commerces sont dès lors autorisés à circuler."

La vente en porte-à-porte reste par contre bien interdite ainsi que la vente à domicile.

Enfin, les activités peuvent reprendre pour les écoles professionnelles de coiffure. Le formateur sera autorisé à accompagner le stagiaire. Les formations en pilotage d'avions peuvent également reprendre

Parmi les soins esthétiques, une dérogation a été accordée aux coiffeurs à domicile, qui pourront donc reprendre leur activité dès lundi.Les pédicures non-médicales ou encore les manucures ne restent autorisées qu'en salon. Les saunas privatifs seront autorisés aux personnes habitant sous le même toit. "Il ne s'agit donc pas de rouvrir les grands centres thermaux mais bien de rouvrir les saunas qui sont proposés par exemple, dans certains centres d'esthétique", a précisé le ministre. Par contre, les jacuzzis, les cabines à vapeur et les hammams resteront inaccessibles. Les photographes pourront à nouveau recevoir des clients en studio (pas à domicile donc), avec un maximum de 1 client par 10 mètres carrés. Les commerces ambulants de denrées alimentaires seront à nouveau autorisés à circuler. "Jusqu'à présent, ces marchands, typiquement de glaces ou de gaufres, s'installaient au centre des villages provoquant des rassemblements, ce qui était contraire à l'esprit des mesures sanitaires", décrit David Clarinval. "Ces commerces sont dès lors autorisés à circuler." La vente en porte-à-porte reste par contre bien interdite ainsi que la vente à domicile. Enfin, les activités peuvent reprendre pour les écoles professionnelles de coiffure. Le formateur sera autorisé à accompagner le stagiaire. Les formations en pilotage d'avions peuvent également reprendre