Ils affirment avoir reçu ces informations lors des premières réunions de débroussaillage, préalables à la phase 2 de la procédure Renault, qui se sont tenues la semaine dernière entre direction et syndicats. Les premiers licenciements interviendraient, selon les syndicats, début avril. Ils concerneraient successivement des ouvriers attachés à la fabrication et à l'assemblage.

Les travailleurs non liés à la production partiraient plus tard, d'ici au début du mois de juillet. "Certains départs pourraient toutefois intervenir plus tard, jusqu'en septembre", a indiqué un responsable syndical. La direction n'a pas souhaité commenter ces informations. Selon la porte-parole du site, le phasage de l'arrêt des activités dépendra de la fin de la phase 1 de la procédure Renault, toujours en cours.

Ils affirment avoir reçu ces informations lors des premières réunions de débroussaillage, préalables à la phase 2 de la procédure Renault, qui se sont tenues la semaine dernière entre direction et syndicats. Les premiers licenciements interviendraient, selon les syndicats, début avril. Ils concerneraient successivement des ouvriers attachés à la fabrication et à l'assemblage. Les travailleurs non liés à la production partiraient plus tard, d'ici au début du mois de juillet. "Certains départs pourraient toutefois intervenir plus tard, jusqu'en septembre", a indiqué un responsable syndical. La direction n'a pas souhaité commenter ces informations. Selon la porte-parole du site, le phasage de l'arrêt des activités dépendra de la fin de la phase 1 de la procédure Renault, toujours en cours.