C'est la saga maritime du moment: le porte-conteneurs géant, l'Ever Given, un navire de 400 mètres de long et de 224 000 tonnes, était coincé en travers du Canal de Suez depuis une semaine, bloquant le passage de centaines de bateaux dans ce goulot d'étranglement du commerce maritime mondial reliant la mer Rouge à la Méditerranée.

Une grande opération de débloquage était en cours ce lundi, avec quelques rebondissements à la clé. Poussé par les vents, le porte-conteneurs avait, un temps, repris sa place initiale en travers du canal.

L'Autorité du canal de Suez (SCA) a finalement annoncé lundi la "reprise du trafic" dans cette voie maritime majeure.

Le porte-conteneurs avait été remis ce lundi à 80% dans la "bonne direction". Dans les manoeuvres, le bateau s'est apparemment recoincé en dernière minute, pour finalement être libéré.

Onze remorqueurs mobilisés

Les nouvelles de la matinée auguraient en effet d'une sortie de crise proche, après un incident qui a occasionné depuis mardi des milliards de dollars de pertes. Au moins onze remorqueurs ont dû être mobilisés pour renflouer partiellement le navire. Les hélices du navire ont été dégagées par dragage de la boue dans le canal. Une grue a été utilisée pour décharger les conteneurs du navire afin d'en réduire le poids. L'angle du navire est passé de 30 à 10 degrés.

Plus tard dans la matinée, un deuxième remorqueur lourd est arrivé en renfort pour dégager complètement le navire. De l'eau a été pulvérisée sous le navire avec une grande force pour enlever le sable et l'argile.

BELGA
© BELGA

Selon la revue spécialisée britannique Lloyd's List, le blocage du canal a créé un embouteillage de 425 navires qui attendaient lundi matin de pouvoir franchir le canal.

3,5 jours pour résorber l'embouteillage

Il faudra "trois jours et demi environ" pour tout résorber, a prévenu Ossama Rabie, président de l'Autorité du canal (SCA), sur la chaîne locale de télévision Sadaa al-Balad. Il a ajouté que la voie d'eau allait fonctionner "24 heures sur 24, immédiatement après le renflouement du navire".

Les conditions météo extrêmes -vents violents et tempêtes de sable- ont tout d'abord été blâmées, avant que le chef de la SCA n'évoque la possibilité d'"erreurs, humaine ou technique", sans autre indication.

BELGA
© BELGA

Le canal de Suez, long de quelque 190 km, voit passer environ 10% du commerce maritime international et chaque journée d'indisponibilité entraîne d'importants coûts. L'assureur Allianz a estimé vendredi que chaque jour d'immobilisation pourrait coûter entre six et 10 milliards de dollars.

Les cours du pétrole affectés

La valeur totale des biens bloqués ou devant emprunter une autre route diffère selon les estimations, oscillant entre trois et 9,6 milliards de dollars. Les cours du pétrole ont bondi après l'annonce du blocage mais ils étaient en petite baisse lundi, pénalisés par les avancées dans le dégagement du canal.

Il s'agit d'"une nouvelle positive pour la majorité des actifs financiers, mais pas pour le pétrole", a expliqué Carlo Alberto De Casa, analyste d'ActivTrades. Selon les autorités du canal, l'Egypte perd entre 12 et 14 millions de dollars par jour de fermeture. Près de 19.000 navires ont emprunté le canal en 2020, selon la SCA.

En raison du blocus, certaines compagnies maritimes ont choisi de faire passer leurs navires par le cap de Bonne-Espérance, en Afrique du Sud. Les compagnies de transport par conteneurs Maersk et CMA GGM, entre autres, ont pris cette décision afin de contourner le blocus.

BELGA
© BELGA
C'est la saga maritime du moment: le porte-conteneurs géant, l'Ever Given, un navire de 400 mètres de long et de 224 000 tonnes, était coincé en travers du Canal de Suez depuis une semaine, bloquant le passage de centaines de bateaux dans ce goulot d'étranglement du commerce maritime mondial reliant la mer Rouge à la Méditerranée.Une grande opération de débloquage était en cours ce lundi, avec quelques rebondissements à la clé. Poussé par les vents, le porte-conteneurs avait, un temps, repris sa place initiale en travers du canal. L'Autorité du canal de Suez (SCA) a finalement annoncé lundi la "reprise du trafic" dans cette voie maritime majeure. Le porte-conteneurs avait été remis ce lundi à 80% dans la "bonne direction". Dans les manoeuvres, le bateau s'est apparemment recoincé en dernière minute, pour finalement être libéré.Les nouvelles de la matinée auguraient en effet d'une sortie de crise proche, après un incident qui a occasionné depuis mardi des milliards de dollars de pertes. Au moins onze remorqueurs ont dû être mobilisés pour renflouer partiellement le navire. Les hélices du navire ont été dégagées par dragage de la boue dans le canal. Une grue a été utilisée pour décharger les conteneurs du navire afin d'en réduire le poids. L'angle du navire est passé de 30 à 10 degrés. Plus tard dans la matinée, un deuxième remorqueur lourd est arrivé en renfort pour dégager complètement le navire. De l'eau a été pulvérisée sous le navire avec une grande force pour enlever le sable et l'argile.Selon la revue spécialisée britannique Lloyd's List, le blocage du canal a créé un embouteillage de 425 navires qui attendaient lundi matin de pouvoir franchir le canal. 3,5 jours pour résorber l'embouteillage Il faudra "trois jours et demi environ" pour tout résorber, a prévenu Ossama Rabie, président de l'Autorité du canal (SCA), sur la chaîne locale de télévision Sadaa al-Balad. Il a ajouté que la voie d'eau allait fonctionner "24 heures sur 24, immédiatement après le renflouement du navire". Les conditions météo extrêmes -vents violents et tempêtes de sable- ont tout d'abord été blâmées, avant que le chef de la SCA n'évoque la possibilité d'"erreurs, humaine ou technique", sans autre indication.Le canal de Suez, long de quelque 190 km, voit passer environ 10% du commerce maritime international et chaque journée d'indisponibilité entraîne d'importants coûts. L'assureur Allianz a estimé vendredi que chaque jour d'immobilisation pourrait coûter entre six et 10 milliards de dollars.Les cours du pétrole affectés La valeur totale des biens bloqués ou devant emprunter une autre route diffère selon les estimations, oscillant entre trois et 9,6 milliards de dollars. Les cours du pétrole ont bondi après l'annonce du blocage mais ils étaient en petite baisse lundi, pénalisés par les avancées dans le dégagement du canal.Il s'agit d'"une nouvelle positive pour la majorité des actifs financiers, mais pas pour le pétrole", a expliqué Carlo Alberto De Casa, analyste d'ActivTrades. Selon les autorités du canal, l'Egypte perd entre 12 et 14 millions de dollars par jour de fermeture. Près de 19.000 navires ont emprunté le canal en 2020, selon la SCA. En raison du blocus, certaines compagnies maritimes ont choisi de faire passer leurs navires par le cap de Bonne-Espérance, en Afrique du Sud. Les compagnies de transport par conteneurs Maersk et CMA GGM, entre autres, ont pris cette décision afin de contourner le blocus.