"Nous prenons acte de la décision du tribunal qui prononce l'ouverture d'une procédure de redressement judiciaire à la demande de Camaieu" a indiqué la direction, précisant travailler "dès à présent au plan de continuation", l'objectif de l'enseigne, qui emploie 2.571 salariés, "étant de préserver l'activité de l'entreprise et de la marque Camaieu".

"Cette décision doit permettre à Camaieu, marque historique du textile français de disposer d'une période d'observation puis de présenter un plan de continuation afin de poursuivre la transformation initiée par le groupe et assurer ainsi la pérennité de l'entreprise", a indiqué dans un communiqué le groupe Hermione People and Brands (HPB), la division distribution de la FIB de l'homme d'affaires bordelais Michel Ohayon.

L'enseigne, qui compte 538 magasins en France, avait demandé l'ouverture de cette procédure lundi dernier, se déclarant en cessation de paiement, plombée notamment par des impayés de loyers. Cette demande a été faite "après une période de plusieurs mois marquée par une série de difficultés exogènes", a développé HPB. "Déjà très fragile au moment de sa reprise" en 2020 "Camaieu a été confrontée à une vague de crises successives majeures et sans précèdent due à la crise COVID, aux confinements répétés (...) et à la désorganisation du transport mondial", selon le communiqué. HPB cite aussi une "cyber-attaque d'une ampleur exceptionnelle ainsi que les conséquences de la guerre en Ukraine et l'augmentation du prix des matières premières".

"Déjà largement fragilisée par cette succession de faits sans précédent, Camaieu doit faire face, depuis le 30 juin dernier, à l'arrêt de la Cour de cassation, refusant aux commerçants le droit de demander une baisse de leurs loyers de la période Covid", ajoute HPB.

"Même si le tribunal valide un plan de continuité, on sait très bien qu'il y aura une réorganisation des effectifs, donc un plan social, donc de la casse sociale", a réagi pour l'AFP Thierry Siwik, délégué CGT de Camaïeu.

"Nous prenons acte de la décision du tribunal qui prononce l'ouverture d'une procédure de redressement judiciaire à la demande de Camaieu" a indiqué la direction, précisant travailler "dès à présent au plan de continuation", l'objectif de l'enseigne, qui emploie 2.571 salariés, "étant de préserver l'activité de l'entreprise et de la marque Camaieu". "Cette décision doit permettre à Camaieu, marque historique du textile français de disposer d'une période d'observation puis de présenter un plan de continuation afin de poursuivre la transformation initiée par le groupe et assurer ainsi la pérennité de l'entreprise", a indiqué dans un communiqué le groupe Hermione People and Brands (HPB), la division distribution de la FIB de l'homme d'affaires bordelais Michel Ohayon. L'enseigne, qui compte 538 magasins en France, avait demandé l'ouverture de cette procédure lundi dernier, se déclarant en cessation de paiement, plombée notamment par des impayés de loyers. Cette demande a été faite "après une période de plusieurs mois marquée par une série de difficultés exogènes", a développé HPB. "Déjà très fragile au moment de sa reprise" en 2020 "Camaieu a été confrontée à une vague de crises successives majeures et sans précèdent due à la crise COVID, aux confinements répétés (...) et à la désorganisation du transport mondial", selon le communiqué. HPB cite aussi une "cyber-attaque d'une ampleur exceptionnelle ainsi que les conséquences de la guerre en Ukraine et l'augmentation du prix des matières premières". "Déjà largement fragilisée par cette succession de faits sans précédent, Camaieu doit faire face, depuis le 30 juin dernier, à l'arrêt de la Cour de cassation, refusant aux commerçants le droit de demander une baisse de leurs loyers de la période Covid", ajoute HPB. "Même si le tribunal valide un plan de continuité, on sait très bien qu'il y aura une réorganisation des effectifs, donc un plan social, donc de la casse sociale", a réagi pour l'AFP Thierry Siwik, délégué CGT de Camaïeu.