Alors que le groupe est en pleine restructuration chez nous (fermeture de 69 magasins sur 190 et perte de 302 emplois, soit un tiers des effectifs), la série noire ne semble pas près de s'arrêter. Blokker Holding vient d'annoncer la fermeture prochaine d'environ 200 points de vente aux Pays-Bas (100 Blokker et 100 Marskramer en gestion propre, les autres étant franchisés). Au total, 1.900 emplois sont menacés, tant dans ces d...

Alors que le groupe est en pleine restructuration chez nous (fermeture de 69 magasins sur 190 et perte de 302 emplois, soit un tiers des effectifs), la série noire ne semble pas près de s'arrêter. Blokker Holding vient d'annoncer la fermeture prochaine d'environ 200 points de vente aux Pays-Bas (100 Blokker et 100 Marskramer en gestion propre, les autres étant franchisés). Au total, 1.900 emplois sont menacés, tant dans ces deux chaînes qu'au siège central de l'entreprise. En outre, le holding annonce sa volonté de vendre toutes ses filiales pour se recentrer sur le redéploiement de Blokker. Devraient ainsi changer de mains Leen Bakker, Maxi Toys, Bart Smit, Big Bazar, Intertoys, Toys XL et enfin Xenos. Ce choix stratégique devrait permettre au holding - pour autant que l'on puisse encore parler de holding après ce nettoyage en règle - de simplifier sa structure et surtout, de bénéficier d'argent frais pour relancer sa marque historique, Blokker. Cette dernière subit aujourd'hui de plein fouet les conséquences de son immobilisme. Une attitude qui en a fait un acteur complètement dépassé par les évolutions du marché. Fortement concurrencé par des low-end retailers type Action, ainsi que par la montée de l'e-commerce, Blokker n'a effectivement pas su se renouveler à temps. La décision qui vient d'être annoncée semble donc bien être celle de la dernière chance. Blokker est en train de revoir de fond en comble son assortiment, de moderniser ses points de vente, de se concentrer sur certaines localisations et de développer une stratégie omnicanale. " On ne peut plus être discounter car nous ne pouvons pas nous battre avec les autres acteurs, expliquait récemment dans nos colonnes Bernd Bosch, CEO de Blokker Belgique. Nous allons donc davantage nous orienter vers des produits mid-segment. " Un repositionnement qui ne semble pas être la recette miracle aux Pays-Bas... " Après avoir ajouté de l'émotionnel dans leurs magasins néerlandais, il ont déjà dû recorriger le tir car une partie de leur clientèle attend encore des produits fonctionnels ", nous glisse un observateur. Exercice d'équilibriste, donc, pour Blokker...