"Brutélé estime nécessaire d'être pleinement informée par Enodia", le CA a donc demandé à celle-ci "de lui fournir toutes les informations utiles, notamment quant au respect par Enodia de toutes ses obligations légales."

Le conseil d'administration affirme n'avoir "à aucun moment" été informé de la conclusion d'un accord avec un repreneur, ni de l'identité de celui-ci.

"Ce n'est qu'une fois en possession de tous ces éléments que le conseil d'administration pourra se déterminer et conseiller au mieux les communes associées", indique le CA. "Dans l'attente de ces informations, les négociations sont suspendues."

L'opération en question, portant sur la vente du télédistributeur Voo, s'est faite à l'insu des administrateurs d'Enodia. Mais l'offre liante signée par Nethys et le fonds américain Providence en mai dernier comprend une clause suspensive qui prévoit la cession, d'ici fin octobre, par les actionnaires wallons et bruxellois de Brutélé, de leurs parts à Enodia. Dans le cas contraire, Providence pourrait dénoncer l'accord ou acquérir Voo à meilleur prix.