Avec cette participation, l'aéroport entend jouer un rôle actif dans les développements dans le domaine de la technologie des drones et dans une offre de services de drones à l'attention des différentes industries en Belgique et ailleurs.

SkeyDrone, créée en janvier 2020, est actuellement une filiale à 100% de Skeyes. Elle offre des services dans le domaine du positionnement, de la navigation, du guidage et de l'analyse des données des avions sans pilote au niveau national et international. Dès son lancement, il avait été annoncé que l'entreprise chercherait, dans une seconde phase, des partenaires publics et privés (industriels) afin d'importer les connaissances et compétences nécessaires à l'activité.

L'année dernière, Brussels Airport avait travaillé en étroite collaboration avec l'entreprise chargée du contrôle aérien sur plusieurs projets de drones dans le domaine de la détection des intrusions, de la sécurité aéroportuaire ou de l'efficacité opérationnelle.

Avec cette participation de 50% dans Skeydrone, l'ambition de l'aéroport et de Skeyes est de prendre la tête du développement et de l'utilisation des applications innovantes des drones. En partageant ses connaissances, son expertise et son expérience en tant que l'un des principaux aéroports européens, Brussels Airport souhaite également soutenir les ambitions de croissance de la jeune entreprise.

"L'investissement de Brussels Airport dans SkeyDrone est stratégique et c'est plus qu'un investissement dans le savoir-faire et la technologie des drones. Il s'agit d'un investissement dans la co-création de l'avenir du transport aérien sans pilote", appuie Arnaud Feist, le CEO de Brussels Airport. Grâce à cela, les différents partenaires pourront rechercher, développer et commercialiser des systèmes de gestion de drones et des services de drones qui peuvent être utilisés quotidiennement dans diverses industries, relève-t-il.

"Les drones deviennent progressivement omniprésents dans le ciel. Il nous appartient de les laisser prendre leur place en toute sécurité parmi le trafic aérien existant. En tant qu'utilisateurs de l'espace aérien, les aéroports connaissent mieux que quiconque les défis qui en découlent", abonde Johan Decuyper, le CEO de Skeyes.

La transaction est soumise à l'approbation des autorités de la concurrence compétentes et devrait être clôturée au début 2022.

Avec cette participation, l'aéroport entend jouer un rôle actif dans les développements dans le domaine de la technologie des drones et dans une offre de services de drones à l'attention des différentes industries en Belgique et ailleurs.SkeyDrone, créée en janvier 2020, est actuellement une filiale à 100% de Skeyes. Elle offre des services dans le domaine du positionnement, de la navigation, du guidage et de l'analyse des données des avions sans pilote au niveau national et international. Dès son lancement, il avait été annoncé que l'entreprise chercherait, dans une seconde phase, des partenaires publics et privés (industriels) afin d'importer les connaissances et compétences nécessaires à l'activité. L'année dernière, Brussels Airport avait travaillé en étroite collaboration avec l'entreprise chargée du contrôle aérien sur plusieurs projets de drones dans le domaine de la détection des intrusions, de la sécurité aéroportuaire ou de l'efficacité opérationnelle. Avec cette participation de 50% dans Skeydrone, l'ambition de l'aéroport et de Skeyes est de prendre la tête du développement et de l'utilisation des applications innovantes des drones. En partageant ses connaissances, son expertise et son expérience en tant que l'un des principaux aéroports européens, Brussels Airport souhaite également soutenir les ambitions de croissance de la jeune entreprise. "L'investissement de Brussels Airport dans SkeyDrone est stratégique et c'est plus qu'un investissement dans le savoir-faire et la technologie des drones. Il s'agit d'un investissement dans la co-création de l'avenir du transport aérien sans pilote", appuie Arnaud Feist, le CEO de Brussels Airport. Grâce à cela, les différents partenaires pourront rechercher, développer et commercialiser des systèmes de gestion de drones et des services de drones qui peuvent être utilisés quotidiennement dans diverses industries, relève-t-il. "Les drones deviennent progressivement omniprésents dans le ciel. Il nous appartient de les laisser prendre leur place en toute sécurité parmi le trafic aérien existant. En tant qu'utilisateurs de l'espace aérien, les aéroports connaissent mieux que quiconque les défis qui en découlent", abonde Johan Decuyper, le CEO de Skeyes. La transaction est soumise à l'approbation des autorités de la concurrence compétentes et devrait être clôturée au début 2022.