Les discussions portent sur une revalorisation salariale et de meilleures conditions de travail avec davantage d'équilibre entre vies privée et professionnelle. Elles ont bénéficié d'un nouvel élan ces dernières semaines, après le blocage de la mi-mai, deux jours de grève et deux tentatives infructueuses de conciliation. Les négociations se sont ainsi poursuivies en toute discrétion.

La semaine dernière, Carsten Spohr avait laissé entendre, en marge de l'assemblée générale annuelle de l'Association internationale du transport aérien (Iata), que Brussels Airlines ne devait pas s'attendre à recevoir de cadeaux tant que la compagnie aérienne n'améliorait pas ses résultats. "Je dis toujours aux syndicats: vous faites ce que vous voulez, mais la compagnie ne grandira que si les résultats suivent. Jusqu'ici les chiffres de Brussels Airlines sont insuffisants pour recevoir de nouveaux avions", avait-il déclaré dans un entretien avec la Libre Belgique.

En réaction, les syndicats avaient fait savoir qu'ils évalueraient la situation ce 11 juin et qu'il n'était pas question de nouvelles grèves avant cela.

Les discussions portent sur une revalorisation salariale et de meilleures conditions de travail avec davantage d'équilibre entre vies privée et professionnelle. Elles ont bénéficié d'un nouvel élan ces dernières semaines, après le blocage de la mi-mai, deux jours de grève et deux tentatives infructueuses de conciliation. Les négociations se sont ainsi poursuivies en toute discrétion. La semaine dernière, Carsten Spohr avait laissé entendre, en marge de l'assemblée générale annuelle de l'Association internationale du transport aérien (Iata), que Brussels Airlines ne devait pas s'attendre à recevoir de cadeaux tant que la compagnie aérienne n'améliorait pas ses résultats. "Je dis toujours aux syndicats: vous faites ce que vous voulez, mais la compagnie ne grandira que si les résultats suivent. Jusqu'ici les chiffres de Brussels Airlines sont insuffisants pour recevoir de nouveaux avions", avait-il déclaré dans un entretien avec la Libre Belgique. En réaction, les syndicats avaient fait savoir qu'ils évalueraient la situation ce 11 juin et qu'il n'était pas question de nouvelles grèves avant cela.