Pour la première fois en 16 ans d'histoire, Brussels Airlines avait franchi en juillet la barre du million de passagers en un mois, en en accueillant 1.020.729 voyageurs. Un phénomène alors dû entre autres aux performances de l'entreprise sur ses réseaux africain et européen. Une performance qui, comme les mois précédents, s'est répétée en août.

C'est à nouveau en Afrique qu'a été enregistrée la plus forte croissance du nombre de passagers (31,4 %), grâce à l'ajout de nombreuses nouvelles destinations de vacances en Afrique du Nord en coopération avec les tour-opérateurs Thomas Cook, Neckermann et Pegase.

L'augmentation est de 15,3% sur le réseau européen et de 11,4% sur les vols de et vers l'Asie. Tant le Moyen-Orient (9,4%) que l'Amérique du Nord (8,7%) engrangent aussi une croissance. Le taux d'occupation est passé de 85% en août de l'année dernière à 86,5% en août 2018 (+1,5 pp.). Ces différents bons chiffres signifient toutefois que la pression sur le prix des billets reste très élevée, note Brussels Airlines. Le transport de fret a, en revanche, connu une baisse de 4,5%, pour s'établir à une moyenne de 61,5%.

Pour la première fois en 16 ans d'histoire, Brussels Airlines avait franchi en juillet la barre du million de passagers en un mois, en en accueillant 1.020.729 voyageurs. Un phénomène alors dû entre autres aux performances de l'entreprise sur ses réseaux africain et européen. Une performance qui, comme les mois précédents, s'est répétée en août. C'est à nouveau en Afrique qu'a été enregistrée la plus forte croissance du nombre de passagers (31,4 %), grâce à l'ajout de nombreuses nouvelles destinations de vacances en Afrique du Nord en coopération avec les tour-opérateurs Thomas Cook, Neckermann et Pegase. L'augmentation est de 15,3% sur le réseau européen et de 11,4% sur les vols de et vers l'Asie. Tant le Moyen-Orient (9,4%) que l'Amérique du Nord (8,7%) engrangent aussi une croissance. Le taux d'occupation est passé de 85% en août de l'année dernière à 86,5% en août 2018 (+1,5 pp.). Ces différents bons chiffres signifient toutefois que la pression sur le prix des billets reste très élevée, note Brussels Airlines. Le transport de fret a, en revanche, connu une baisse de 4,5%, pour s'établir à une moyenne de 61,5%.