L'incertitude autour du Brexit provoque d'ores et déjà une certaine nervosité et a des conséquences économiques, souligne le vice-Premier ministre.

Alors que la Première ministre britannique Theresa May doit faire ce vendredi une allocution à Florence sur le brexit, Kris Peeters a convié cette semaine le groupe de haut niveau, présidé par le comte Paul Buysse et censé préparer au mieux le monde des affaires belge au Brexit.

"On a enregistré quelques avancées ces derniers mois, mais nous restons préoccupés par rapport à l'incertitude qui persiste du côté britannique. Cela crée de la nervosité et a un impact économique", constate M. Peeters. "Il doit être mis fin rapidement à l'incertitude qui touche des millions de citoyens et de travailleurs".

Kris Peeters et le groupe de haut niveau espèrent que Theresa May fera "montre de réalisme et de pragmatisme". Le groupe plaide à nouveau pour une période de transition de plusieurs années en attendant un règlement définitif du Brexit. En outre, le commerce entre le Royaume-Uni et l'Union européenne doit rester "aussi libre que possible", estime-t-on.

L'incertitude autour du Brexit provoque d'ores et déjà une certaine nervosité et a des conséquences économiques, souligne le vice-Premier ministre.Alors que la Première ministre britannique Theresa May doit faire ce vendredi une allocution à Florence sur le brexit, Kris Peeters a convié cette semaine le groupe de haut niveau, présidé par le comte Paul Buysse et censé préparer au mieux le monde des affaires belge au Brexit. "On a enregistré quelques avancées ces derniers mois, mais nous restons préoccupés par rapport à l'incertitude qui persiste du côté britannique. Cela crée de la nervosité et a un impact économique", constate M. Peeters. "Il doit être mis fin rapidement à l'incertitude qui touche des millions de citoyens et de travailleurs". Kris Peeters et le groupe de haut niveau espèrent que Theresa May fera "montre de réalisme et de pragmatisme". Le groupe plaide à nouveau pour une période de transition de plusieurs années en attendant un règlement définitif du Brexit. En outre, le commerce entre le Royaume-Uni et l'Union européenne doit rester "aussi libre que possible", estime-t-on.