"Nous espérons que le Brexit n'interviendra pas, mais s'il arrive, nous espérons que cela sera avec un accord. Et s'il y a un accord commercial, il n'y aura pas d'impact sur Ryanair", a-t-il indiqué à la presse en marge du lancement à Toulouse, dans le sud-ouest de la France, d'une nouvelle base de la compagnie irlandaise à bas prix.

"Le seul impact que nous avons vu ces douze derniers mois a été un ralentissement de l'économie britannique et une baisse du nombre de Britanniques voyageant en Europe. Nous pensons que cela redeviendra normal quand le Brexit sera achevé ou se sera éloigné", a-t-il ajouté.

"Je ne pense pas qu'un Brexit sans accord puisse arriver. Cela serait si catastrophique pour l'économie britannique. Je pense qu'ils (les Britanniques) partiront avec un accord, d'ici au 31 octobre ou après cette date, je ne sais pas. Mais je pense que s'ils partent, ils partiront avec un accord", a espéré M. O'Leary.

Un éventuel Brexit sans accord constitue un scénario redouté des milieux d'affaires et reste une hypothèse probable en l'absence d'avancées notables dans les négociations à Westminster ou avec Bruxelles.

A un peu moins d'un mois du Brexit, les tensions sont à leur comble au Royaume-Uni et des élections anticipées risquent de se tenir dans une ambiance plus délétère que jamais, comme en témoignent des échanges particulièrement agressifs au Parlement cette semaine.

Ryanair présentait vendredi l'ouverture à Toulouse de sa troisième base en France, après Marseille et Bordeaux, avec un premier avion basé depuis début septembre dans la métropole toulousaine et un deuxième appareil à partir de fin octobre.

La compagnie vise, avec un total de 23 lignes, 1,4 million de clients en 2020, soit une hausse de 33% par rapport à 2019.