Lors d'une rencontre avec Elio Di Rupo, alors formateur, Johnny Thijs, CEO de Bpost, a affirmé que l'entreprise publique se prépare à devoir rembourser en 2012 des centaines de millions d'euros à l'Etat belge, révèle mercredi La Libre Belgique.

Le patron de Bpost s'attend en effet à une décision, défavorable à son entreprise, de la part de la Commission européenne dans l'examen de la légalité d'aides publiques octroyées depuis 1992. Les conclusions des investigations de l'Union européenne, lancées voici deux ans, devraient tomber assez rapidement.

Si l'enquête conclut à l'illégalité des montants octroyés, Bpost devra rembourser des millions d'euros au fédéral. La capacité de Bpost à réaliser ses missions de service public s'en trouverait alors compromise, selon Johnny Thijs. Il faudrait donc revoir l'actuel contrat de gestion de la société, qui remonte à 2010 et énonce les objectifs que l'Etat demande à Bpost d'atteindre.

Les incertitudes financières liées à ces "aides" étatiques constituent également un frein rendant impossible une entrée en Bourse partielle de l'entreprise publique.

Trends.be, avec Belga

Lors d'une rencontre avec Elio Di Rupo, alors formateur, Johnny Thijs, CEO de Bpost, a affirmé que l'entreprise publique se prépare à devoir rembourser en 2012 des centaines de millions d'euros à l'Etat belge, révèle mercredi La Libre Belgique.Le patron de Bpost s'attend en effet à une décision, défavorable à son entreprise, de la part de la Commission européenne dans l'examen de la légalité d'aides publiques octroyées depuis 1992. Les conclusions des investigations de l'Union européenne, lancées voici deux ans, devraient tomber assez rapidement.Si l'enquête conclut à l'illégalité des montants octroyés, Bpost devra rembourser des millions d'euros au fédéral. La capacité de Bpost à réaliser ses missions de service public s'en trouverait alors compromise, selon Johnny Thijs. Il faudrait donc revoir l'actuel contrat de gestion de la société, qui remonte à 2010 et énonce les objectifs que l'Etat demande à Bpost d'atteindre.Les incertitudes financières liées à ces "aides" étatiques constituent également un frein rendant impossible une entrée en Bourse partielle de l'entreprise publique.Trends.be, avec Belga