De Tijd avait publié samedi une information selon laquelle des inquiétudes au sujet du bonus prévu pour la CEO et son directeur financier avaient eu raison de la tentative de reprise de PostNL par bpost. Mais M. Boersma a réfuté ces allégations. "Nous avons pris notre décision sur base d'une série d'arguments économiques.

Le bonus en cas de reprise n'a absolument joué aucun rôle. Mais dans la prise de décision, nous avons observé les aspects comme la sécurité de l'accord, la résistance financière, l'emploi et les clients", selon le président. Dans sa première réaction sur l'échec de la reprise, M. Boersma avait déploré le manque de souplesse du processus, avec "trois pas en avant pour deux pas en arrière", illustrant selon lui la "différence de culture entre bpost et PostNL." Le calendrier de bpost pour lancer une nouvelle offre était aussi erroné, selon le Néerlandais. "Je pense que bpost a approché les grands actionnaires de PostNL pour formuler une nouvelle offre, sans penser à clarifier les difficultés que nous avions mentionné."