Plus de 17.000 personnes travaillent aujourd'hui pour le site internet spécialisé, dont 5.500 au siège à Amsterdam.

La société apportera plus de précisions dans les prochaines semaines sur les départements et les pays concernés par ces licenciements, mais les travailleurs néerlandais seront de toute manière touchés. Booking est active dans 65 pays et dispose de bureaux à Bruxelles.

Le groupe est fortement touché par l'arrêt de l'industrie du voyage à l'échelle internationale dans le contexte de crise sanitaire. Même la saison estivale en cours ne permet pas de redresser la barre car les voyages d'affaires n'ont pas repris et le nombre de vols intercontinentaux est fort réduit.

L'entreprise avait sollicité auprès des autorités une aide afin de couvrir les salaires de son personnel pendant la crise, ce qui avait soulevé beaucoup de critiques aux Pays-Bas. Des hommes politiques, des syndicats et des exploitants horeca estimaient que le site spécialisé devait faire face seul à cette crise, après avoir engrangé des milliards de bénéfices ces dernières années. Le magazine économique Quote rapportait que la société avait bénéficié de régimes d'impôts favorables au cours des exercices précédents, ce qui lui avait permis d'enregistrer près d'1,8 milliard d'euros d'avantages fiscaux.

Booking a tout de même perçu une aide publique de 61 millions d'euros. Seuls la compagnie aérienne KLM et les chemins de fer NS ont reçu une aide plus grande des autorités. Un porte-parole de Booking assure que les licenciements auraient été encore plus importants sans ce subside. La hiérarchie de Booking a annoncé récemment qu'elle renonçait à un cinquième de ses émoluments dans le cadre de la crise.

D'autres plate-formes de voyage sont frappées de plein fouet par le coronavirus. Le site de réservation de logement Airbnb et la plate-forme TripAdvisor ont déjà fait savoir qu'ils allaient aussi remercier un quart de leur personnel.

Plus de 17.000 personnes travaillent aujourd'hui pour le site internet spécialisé, dont 5.500 au siège à Amsterdam. La société apportera plus de précisions dans les prochaines semaines sur les départements et les pays concernés par ces licenciements, mais les travailleurs néerlandais seront de toute manière touchés. Booking est active dans 65 pays et dispose de bureaux à Bruxelles. Le groupe est fortement touché par l'arrêt de l'industrie du voyage à l'échelle internationale dans le contexte de crise sanitaire. Même la saison estivale en cours ne permet pas de redresser la barre car les voyages d'affaires n'ont pas repris et le nombre de vols intercontinentaux est fort réduit. L'entreprise avait sollicité auprès des autorités une aide afin de couvrir les salaires de son personnel pendant la crise, ce qui avait soulevé beaucoup de critiques aux Pays-Bas. Des hommes politiques, des syndicats et des exploitants horeca estimaient que le site spécialisé devait faire face seul à cette crise, après avoir engrangé des milliards de bénéfices ces dernières années. Le magazine économique Quote rapportait que la société avait bénéficié de régimes d'impôts favorables au cours des exercices précédents, ce qui lui avait permis d'enregistrer près d'1,8 milliard d'euros d'avantages fiscaux. Booking a tout de même perçu une aide publique de 61 millions d'euros. Seuls la compagnie aérienne KLM et les chemins de fer NS ont reçu une aide plus grande des autorités. Un porte-parole de Booking assure que les licenciements auraient été encore plus importants sans ce subside. La hiérarchie de Booking a annoncé récemment qu'elle renonçait à un cinquième de ses émoluments dans le cadre de la crise. D'autres plate-formes de voyage sont frappées de plein fouet par le coronavirus. Le site de réservation de logement Airbnb et la plate-forme TripAdvisor ont déjà fait savoir qu'ils allaient aussi remercier un quart de leur personnel.