"Je crois en cet avion. J'y crois parce que nous l'avons fabriqué. Les pilotes y croient. C'est juste que la procédure d'approbation (des avions) est nouvelle", a déclaré M. Calhoun, lors d'une conférence téléphonique avec des journalistes.

"Je crois en cet avion. Nous allons devoir inventer une nouvelle histoire" pour le raconter, a-t-il ajouté, répondant d'un "Non" ferme, à la question de savoir si Boeing pouvait abandonner simplement cet aéronef, dont les déboires ont terni sa réputation.

M. Calhoun, aux commandes depuis le 13 janvier après le limogeage de Dennis Muilenburg fin décembre, a par ailleurs fait savoir que la production allait être "relancée" avant juin.

"Nous allons reprendre lentement et de façon régulière notre production quelques mois avant" la remise en service du MAX mi-2020, a-t-il assuré. Boeing avertira ses sous-traitants auparavant.

Le constructeur aéronautique ne produit plus de MAX depuis janvier, en raison des retards pris dans la levée de l'interdiction de vol frappant cet avion. Les livraisons ont également été suspendues temporairement.

Mardi, Boeing a annoncé que le 737 MAX ne revolera pas avant la mi-2020.

M. Calhoun a expliqué que ce nouveau calendrier était "beaucoup plus réaliste" et tenait compte du fait que Boeing recommandait désormais une formation des pilotes sur simulateur, jugée plus longue.

"C'est une prévision réaliste", a défendu M. Calhoun, qui s'exprimait depuis Seattle, au nord-ouest des Etats-Unis, où il s'était adressé un peu plus tôt aux salariés, notamment ceux travaillant dans l'usine de production du MAX.

"Leur confiance a été ébranlée", a déclaré le dirigeant, qui a par ailleurs affirmé que Boeing ne réduira pas le dividende versé aux actionnaires malgré l'explosion des coûts liée à la crise actuelle.

"Je crois en cet avion. J'y crois parce que nous l'avons fabriqué. Les pilotes y croient. C'est juste que la procédure d'approbation (des avions) est nouvelle", a déclaré M. Calhoun, lors d'une conférence téléphonique avec des journalistes."Je crois en cet avion. Nous allons devoir inventer une nouvelle histoire" pour le raconter, a-t-il ajouté, répondant d'un "Non" ferme, à la question de savoir si Boeing pouvait abandonner simplement cet aéronef, dont les déboires ont terni sa réputation.M. Calhoun, aux commandes depuis le 13 janvier après le limogeage de Dennis Muilenburg fin décembre, a par ailleurs fait savoir que la production allait être "relancée" avant juin."Nous allons reprendre lentement et de façon régulière notre production quelques mois avant" la remise en service du MAX mi-2020, a-t-il assuré. Boeing avertira ses sous-traitants auparavant.Le constructeur aéronautique ne produit plus de MAX depuis janvier, en raison des retards pris dans la levée de l'interdiction de vol frappant cet avion. Les livraisons ont également été suspendues temporairement.Mardi, Boeing a annoncé que le 737 MAX ne revolera pas avant la mi-2020.M. Calhoun a expliqué que ce nouveau calendrier était "beaucoup plus réaliste" et tenait compte du fait que Boeing recommandait désormais une formation des pilotes sur simulateur, jugée plus longue. "C'est une prévision réaliste", a défendu M. Calhoun, qui s'exprimait depuis Seattle, au nord-ouest des Etats-Unis, où il s'était adressé un peu plus tôt aux salariés, notamment ceux travaillant dans l'usine de production du MAX."Leur confiance a été ébranlée", a déclaré le dirigeant, qui a par ailleurs affirmé que Boeing ne réduira pas le dividende versé aux actionnaires malgré l'explosion des coûts liée à la crise actuelle.