Beaucoup de constructeurs envient la rentabilité de BMW. Toutefois, son CEO, Norbert Reithofer, s'inquiète de la hausse des coûts et de l'érosion de la marge. Il a recruté des consultants de McKinsey pour préparer des mesures d'économie de 3 à 4 milliards d'euros par an.

Garder une marge entre 8% et 10%

L'information, publiée par la publication allemande Manager Magazin, précise que BMW cherche, dans l'exercice, à conserver une marge opérationnelle entre 8% à 10% sur le chiffre d'affaires. Par comparaison, Renault se situait, en 2013, à 3%. Ce plan d'économie devrait se déployer jusqu'en 2020.

L'augmentation des coûts provient, selon le magazine, de la marque Mini et de la Série 1. BMW a aussi investi considérablement pour multiplier les nouveaux modèles : nouvelles voitures compactes, modèles électrique (i3) et hybride (i8). L'entreprise cherche toutefois à discipliner ses coûts pour conserver un niveau de rentabilité élevé pour le secteur. Qui dépasse, au premier trimestre, Mercedes (7%), mais se situe un peu derrière Audi (10,1%), filiale du groupe VW.

Ainsi les dépenses de R&D de BMW seront freinées pour se situer à environ 5% du chiffre d'affaires, contre 6,5% en 2013.

2,5 millions de voitures en 2016

BMW veut ainsi contrôler sa croissance, qui est importante. Il va dépasser pour la première fois les 2 millions de voitures produites en 2014, et vise 2,5 millions en 2016 -le double de 2004. Il prévoit 16 nouveaux modèles cette année et espère se maintenir à la tête du marché des voitures premium, devant Audi et Mercedes. Ses concurrents ne sont pas en reste. Audi prévoit 17 nouveaux modèles en 2014.

Beaucoup de constructeurs envient la rentabilité de BMW. Toutefois, son CEO, Norbert Reithofer, s'inquiète de la hausse des coûts et de l'érosion de la marge. Il a recruté des consultants de McKinsey pour préparer des mesures d'économie de 3 à 4 milliards d'euros par an. Garder une marge entre 8% et 10%L'information, publiée par la publication allemande Manager Magazin, précise que BMW cherche, dans l'exercice, à conserver une marge opérationnelle entre 8% à 10% sur le chiffre d'affaires. Par comparaison, Renault se situait, en 2013, à 3%. Ce plan d'économie devrait se déployer jusqu'en 2020. L'augmentation des coûts provient, selon le magazine, de la marque Mini et de la Série 1. BMW a aussi investi considérablement pour multiplier les nouveaux modèles : nouvelles voitures compactes, modèles électrique (i3) et hybride (i8). L'entreprise cherche toutefois à discipliner ses coûts pour conserver un niveau de rentabilité élevé pour le secteur. Qui dépasse, au premier trimestre, Mercedes (7%), mais se situe un peu derrière Audi (10,1%), filiale du groupe VW. Ainsi les dépenses de R&D de BMW seront freinées pour se situer à environ 5% du chiffre d'affaires, contre 6,5% en 2013. 2,5 millions de voitures en 2016 BMW veut ainsi contrôler sa croissance, qui est importante. Il va dépasser pour la première fois les 2 millions de voitures produites en 2014, et vise 2,5 millions en 2016 -le double de 2004. Il prévoit 16 nouveaux modèles cette année et espère se maintenir à la tête du marché des voitures premium, devant Audi et Mercedes. Ses concurrents ne sont pas en reste. Audi prévoit 17 nouveaux modèles en 2014.