Brussels Airlines, une filiale du groupe aéronautique allemand Lufthansa, a en effet transporté 10,03 millions de personnes en 2018, soit environ 10% de plus qu'en 2017. Un record dans l'histoire de la société qui s'explique principalement par la reprise de la plupart des activités de Thomas Cook Airlines Belgium, grâce à laquelle de nombreuses destinations de vacances ont été ajoutées à l'offre de la compagnie.

La pression sur les prix des billets d'avion est cependant restée très forte en 2018. Et, comme les autres compagnies aériennes en Europe, la société a également souffert de problèmes d'irrégularités (retard et annulation de vols), précise-t-elle dans son bilan. Elle avait également été touchée par une grève de son personnel au mois de mai.

Le chiffre d'affaires a, lui, progressé de 12% pour s'établir à quelque 1,5 milliard d'euros. Tout ceci a généré un bénéfice d'exploitation de 7,6 millions d'euros et un bénéfice net de 12,8 millions d'euros.

Brussels Airlines souligne toutefois qu'un élément exceptionnel a joué un rôle majeur dans ce bilan. Un accord à l'amiable a en effet été conclu avec les compagnies d'assurance à la suite des attentats du 22 mars 2016, permettant de créditer 17 millions d'euros au résultat opérationnel.

Ces chiffres sont fixés conformément aux normes comptables belges, selon lesquelles l'entreprise affichait une perte nette de près de 62 millions d'euros en 2017.