Ce dernier s'est par ailleurs réjoui, malgré l'incident de mercredi passé qui a paralysé le trafic aérien en Belgique, de l'année satisfaisante enregistrée par l'aviation belge, marquée par une progression "notable" du nombre de vols et de passagers, principalement à Brussels Airport et à l'aéroport de Liège. Les autres aéroports régionaux, eux, se sont affichés en léger recul.

"Cette hausse s'est également fait sentir chez Belgoncontrol, qui a géré plus de volume de trafic", 1.041.611 mouvements ayant été traités par l'entreprise publique (+2,1% par rapport au trafic de 2013), a précisé M. Decuyper, selon qui le retard moyen dans le trafic en route (0,02 minute/vol) ainsi que les incidents de sécurité de types A et B (4 incidents par million de mouvements) ont atteint, l'an passé, des niveaux historiquement bas.

Le gestionnaire du trafic aérien belge s'est en outre félicité du renforcement de sa collaboration avec la Défense et de la conclusion du 3e contrat de gestion avec l'Etat "qui apporte enfin une solution financière structurelle". Ce nouveau contrat de gestion prévoit ainsi que Belgocontrol soit entièrement rémunérée pour ses prestations liées aux services terminaux, "ce qui nous permettra d'exploiter en 2015 les ressources disponibles, pour des investissements reportés jusqu'alors et qui bénéficieront désormais au fonctionnement de l'entreprise", a encore pointé l'administrateur délégué.

"En un an et demi, nous avons déjà atteint un certain nombre d'objectifs. A compter de cette année, nous assurerons un nouveau souffle à nos finances, grâce à la rémunération correcte de nos prestations", ce qui nous permettra d'investir en ressources humaines - 75 postes sont à pourvoir en 2015 - et matérielles, a-t-il ajouté. Depuis 2010, les effectifs de Belgocontrol ont chuté de 15%, pour se fixer à 787 travailleurs fin 2014.