Les finances du Cercle, sérieusement plombées par le remboursement d'un emprunt obligataire de cinq millions d'euros, ne sont pas au beau fixe. Après une longue assemblée qui s'est tenue mardi soir en présence d'un notaire, les obligataires du Cercle ont accepté de voir le remboursement des échéances reporté à dix ans. Le rendement annuel de 8% sur lequel ils pouvaient compter passe à 2,75%.

À cette occasion, le conseil d'administration du Cercle va être remanié et Belfius y fait son entrée. Les anciens administrateurs vont remettre leur mandat. La banque sera représentée par Dirk Gyselinck, un des membres de son comité de direction. D'autres administrateurs monteront également à bord du nouveau conseil. Les nominations doivent encore être formalisées.

Les finances du Cercle, sérieusement plombées par le remboursement d'un emprunt obligataire de cinq millions d'euros, ne sont pas au beau fixe. Après une longue assemblée qui s'est tenue mardi soir en présence d'un notaire, les obligataires du Cercle ont accepté de voir le remboursement des échéances reporté à dix ans. Le rendement annuel de 8% sur lequel ils pouvaient compter passe à 2,75%.À cette occasion, le conseil d'administration du Cercle va être remanié et Belfius y fait son entrée. Les anciens administrateurs vont remettre leur mandat. La banque sera représentée par Dirk Gyselinck, un des membres de son comité de direction. D'autres administrateurs monteront également à bord du nouveau conseil. Les nominations doivent encore être formalisées.