Le groupe a clôturé le premier semestre avec 13,16 millions d'euros de trésorerie et équivalents de trésorerie. La trésorerie utilisée sur la période atteint 5,13 millions d'euros, hors produits nets de financement, contre 7,90 millions sur la même période en 2018.

En juin dernier, l'entreprise a annoncé le succès d'une étude de son produit de thérapie cellulaire allogénique, ALLOB, chez des patients ayant subi une procédure de fusion vertébrale. Elle a également levé 8,5 millions d'euros bruts par le biais d'un placement privé d'actions nouvelles et d'un placement non dilutif d'obligations subordonnées.

Thomas Lienard, directeur général de Bone Therapeutics, souligne le potentiel de la technologie de la société "pour répondre aux importants besoins non satisfaits en orthopédie". "La récente levée de fonds va nous permettre de déployer notre stratégie axée sur la poursuite du développement de notre portefeuille de produits innovants", ajoute-t-il. "Nous sommes par ailleurs en bonne voie pour soumettre d'ici la fin de l'année deux nouvelles demandes d'essais cliniques."

L'utilisation de la trésorerie au second semestre de l'année devrait s'élever à 6 ou 7 millions d'euros, principalement en raison des coûts externes liés à la préparation du lancement de nouvelles études cliniques, prévoit l'entreprise.