"Nous avons pris connaissance de cette demande au lendemain de l'annonce par la direction, en conseil d'entreprise, qu'Aviapartner devra embaucher des dizaines d'ouvriers et d'employés en avril dans le cadre du contrat de maintenance signé avec Jetairfly", a indiqué ce jeudi le délégué syndical Jan Verbinnen (SETCa).

"Nous sommes contre l'introduction du chômage économique pour les employés dans la division cargo et avons donc formellement rejeté la demande. Nous ne pouvons être d'accord car ce système implique que la société génère des coûts en grande partie fictifs et que les travailleurs concernés subissent une perte de revenus", selon M. Verbinnen.

S'il y a moins de travail dans la division cargo, un certain nombre d'employés pourraient être transférés vers d'autres divisions d'Aviapartner à Brussels Airport, ajoute-t-il. "Pour les services aux passagers, le check-in, les opérations, le dispatching et d'autres postes de ce genre peuvent être occupés par des employés."

"De nombreuses personnes qualifiées travaillent en effet dans la division cargo et celles-ci peuvent effectuer ce travail", dit-il encore. Et M. Verbinnen d'avertir que "des actions ne sont pas exclues dans le futur" si la direction maintient son projet.

"Nous avons pris connaissance de cette demande au lendemain de l'annonce par la direction, en conseil d'entreprise, qu'Aviapartner devra embaucher des dizaines d'ouvriers et d'employés en avril dans le cadre du contrat de maintenance signé avec Jetairfly", a indiqué ce jeudi le délégué syndical Jan Verbinnen (SETCa). "Nous sommes contre l'introduction du chômage économique pour les employés dans la division cargo et avons donc formellement rejeté la demande. Nous ne pouvons être d'accord car ce système implique que la société génère des coûts en grande partie fictifs et que les travailleurs concernés subissent une perte de revenus", selon M. Verbinnen. S'il y a moins de travail dans la division cargo, un certain nombre d'employés pourraient être transférés vers d'autres divisions d'Aviapartner à Brussels Airport, ajoute-t-il. "Pour les services aux passagers, le check-in, les opérations, le dispatching et d'autres postes de ce genre peuvent être occupés par des employés." "De nombreuses personnes qualifiées travaillent en effet dans la division cargo et celles-ci peuvent effectuer ce travail", dit-il encore. Et M. Verbinnen d'avertir que "des actions ne sont pas exclues dans le futur" si la direction maintient son projet.